Last update 12:02 UTC 03 Dec.

Ce site est mieux vu en 800 x 600
INTRODUCTION
HISTORIQUE
ETAPES
DATES CLES
ECOUTEURS
40 PARRAINS
HEBDO de Guy
NOUVEAUTES

Hebdo de Guy Pignolet

Guy Pignolet de Sainte Rose, PhD.
Ingenieur CNES (French Space Agency)
Secretaire de la CASAF (Aero-Club de France)
tel +33 1 44 76 77 09 / fax +33 1 44 76 79 59 (Paris Office)
Cette page est longue (100ko); sauvegardez la (des que le chargement est terminé) pour la consulter hors connection...

Cliquez sur l'hebdo :

  1. N20 SPOUTNIK 40 ANS HEBDO
  2. N19 + special flash SPOUTNIK 40 ANS HEBDO
  3. N19 SPOUTNIK 40 ANS HEBDO
  4. N18 SPOUTNIK 40 ANS HEBDO
  5. N17 SPOUTNIK 40 ANS HEBDO
  6. N16 SPOUTNIK 40 ANS HEBDO
  7. N15 SPOUTNIK 40 ANS HEBDO
  8. N14 SPOUTNIK 40 ANS HEBDO
  9. N13 SPOUTNIK 40 ANS HEBDO
  10. N12 SPOUTNIK 40 ANS HEBDO
  11. N11 SPOUTNIK 40 ANS HEBDO
  12. N10 SPOUTNIK 40 ANS HEBDO
  13. N9 SPOUTNIK 40 ANS HEBDO
  14. N8 SPOUTNIK 40 ANS HEBDO
  15. N7 SPOUTNIK 40 ANS HEBDO
  16. N6 SPOUTNIK 40 ANS HEBDO
  17. N5 SPOUTNIK 40 ANS HEBDO
  18. N4 SPOUTNIK 40 ANS HEBDO
  19. N3 SPOUTNIK 40 ANS HEBDO
  20. N2 SPOUTNIK 40 ANS HEBDO
  21. N1 SPOUTNIK 40 ANS HEBDO






N20 SPOUTNIK 40 ANS HEBDO



Lundi 27 octobre 1997

A) La presse
Space News, la revue mondiale des professionnels de l'espace, publie dans son édition du 20 au 26 octobre 1977 une brève sur le programme Spoutnik 40 Ans, accompagnée de la photo du prototype du satellite PS/2 entre les mains de Gérard Auvray.

Air & Cosmos, sous la plume d'Albert Ducrocq, publie une page de réflexions et de comparaisons entre les programmes de Spoutnik-1 en 1957 et Spoutnik PS/2 en 1997, sous le titre "40 Ans de révolutions".

Spoutnik Magazine, en page 42 de son édition spéciale "Spoutnik" de septembre à novembre 1997, publie l'appel lancé par l'Aéro-Club de France pour des témoignages personnels sur l'événement du lancement de Spoutnik-1, premier satellite artificiel de la Terre.

B) Le Voyage à Moscou
Jean-Paul Marodon, Principal du Collège Reydellet à Saint-Denis de La Réunion, nous relate le voyage qu'il a fait à Moscou avec 5 des élèves du projet "Spoutnik 40 Ans" :

Mardi 7 octobre 1997
L'arrivée à Moscou se passe sans encombre. Nous sommes maintenant des habitués des lieux. Les formalités de police et de douane se passent bien, mais personne ne nous attend à l'extérieur et les taxis font des propositions pour nous conduire à Moscou. L'attente est enfin rompue par l'arrivée de Nathalie POTTIER qui nous explique les difficultés des journalistes de RFO à sortir leur matériel. Il est 20 heures lorsqu'enfin on peut prendre le bus pour rejoindre le centre de repos de RKK Energya de Kaliningrad.

Après l'accueil de Monsieur Victor KOURILOV et de la délégation des jeunes Russes, nous recevons chacun un petit présent de Moscou. L'installation dans le centre se fait rapidement car là aussi, tous connaissent les lieux. Les chambres n'ont pas été occupées pendant notre absence et maintenant le centre semble vide. Il fait un peu plus chaud qu'au premier séjour car le chauffage a été allumé. Dehors, les arbres sont presque complètement dépouillés et ont pris leur tenue hivernale...pas de neige cependant.

Mercredi 8 octobre 1997
Départ de toute la délégation pour la visite de la Cité des Etoiles. Les routes sont très encombrées et à quelques centaines de mètres du Centre, nous nous heurtons à des travaux qui nous font faire un détour de 2 heures dans un embouteillage indescriptible, car sur la déviation il y avait aussi des travaux.

Enfin nous arrivons à Zvezsdnyy Gorodok : la Cité des Etoiles. Le Colonel qui nous accueille est très sympathique et organise de main de maître la visite. Un cosmonaute se joint à lui pour nous souhaiter la bienvenue. 6 000 personnes vivent dans la Cité qui est une petite ville et qui, pour la première fois s'ouvre à un groupe de jeunes collégiens français.

Le bâtiment principal comprend le centre d'entraînement au vol avec les divers simulateurs. Dans celui de Soyouz TM, s'entraînent V. AFANASSIEF et son ingénieur de vol. Il nous reçoit à bras ouverts à la surprise de tous, car l'entraînement des cosmonautes est confidentiel et ils n'aiment pas être dérangés pour garder leur concentration.

Après l'inévitable séance de photos, on nous conduit vers le simulateur de MIR où depuis la tribune de contrôle, notre Colonel nous explique toutes les précisions techniques de la station. Nous commençons à bien connaître le fonctionnement de MIR mais de voir les éléments en grandeur réelle, c'est émouvant.

La visite se prolonge en examinant de plus près les divers éléments avec bien sûr une séance de photos. Nos jeunes sont disciplinés et écoutent avec attention les explications. Ils posent des questions, ce qui incite le Colonel à apporter des précisions inédites.

Devant la piscine où ils ont reconstitué l'accident du vaisseau MIR, il nous explique la prochaine sortie technique que réaliseront les cosmonautes et les changements électroniques que doivent réaliser les ingénieurs pour rendre plus performantes les diverses manipulations.

La visite se termine par la Centrifugeuse qui est purement gigantesque. Une ligne électrique directe l'alimente et lorsqu'on la met en route, le centre de Moscou procède à des délestages. L'élan du mouvement, une fois l'entraînement achevé, restitue 80% de l'énergie absorbée grâce à une centrale couplée à la centrifugeuse. La forme dynamique de l'ensemble ne provoque pas d'augmentation de pression mais des écoulements de fluide très violents (courant d'air) qu'il a fallu canaliser par des évents au plafond. Lors de la 1ère mise en marche de l'appareil, le jeune responsable raconte que les dalles plastiques qui recouvrent le sol se sont décollées.

Dans la salle de réception, nous rencontrons d'autres cosmonautes qui sont heureux d'apprendre qu'à la Réunion, on s'intéresse autant à leurs travaux. Ils encouragent nos jeunes à faire des études scientifiques et peut être les rejoindre.

Après le repas pris au Centre avec d'autres amis russes, nous visitons le Musée de la Cité des Etoiles, nous avons en mémoire la description de Claudie André Deshays, dans son livre " Une Française dans l'Espace ", lorsque nous pénétrons dans le bureau de Gagarine là où les cosmonautes, avant le départ pour Baïkonour, viennent se recueillir et signer le livre d'or.

Le retour vers le centre de repos de Korolev est plus rapide.

Jeudi 9 octobre 1997
8 heures : nous avons la joie de retrouver Sergueï SAMBOUROV qui va nous conduire dans sa ville natale, qui est aussi celle de la cosmotique russe et le berceau de la conquête de l'espace : Kalouga. Le bus traverse de grandes plaines où l'horizon est marqué par la ligne des champs ou la cime des arbres, la route est longue et le chemin cahoteux. Bientôt nous serons escortés par des voitures de police qui nous ouvriront la voie et nous pouvons avancer plus rapidement. Nous avons pris cependant du retard et à 11 heures nous entrons dans Kalouga.

La ville est une petite agglomération située au bord d'un lac artificiel. Nous faisons une halte au Monument de Tsiolkovsky (le grand père de Sergueï) avant de visiter le monument à l'espace en centre ville. La mère de Sergueï nous attend sur le pas de sa maison et les jeunes envahissent le petit salon où les meubles rappellent ceux existant chez nous à la Réunion. Elle nous offre des pommes mais après l'interview, il faut partir. Elle nous accompagne à l'école où son père enseignait les Mathématiques et la Physique. L'école a créé un musée pédagogique que nous fait visiter une élève qui parle russe. Nous répondons aux paroles de bienvenue et après l'échange de fanion et d'épinglettes, nous signons le livre d'or...une vingtaine de jeunes de l'école apprennent le français, mais nous n'avons pu rencontrer que le professeur et une de ses élèves.

Après le repas au restaurant où on nous offrit le borchtch, nous nous rendons à la maison de Tsiolkovsky, celle qu'il a achetée et où il a aménagé son atelier. Elle est très visitée par les jeunes qui viennent de tout le pays. La " porte du ciel ", une ouverture de l'atelier donnant sur le toit, ainsi nommée, permettait au Savant de placer sa lunette pour observer le ciel. Elle est montrée à tous les jeunes qui la visitent.

Le groupe se rend ensuite sur la tombe du grand homme, moment de recueillement où chacun dépose un oeillet rouge qui est la fleur du souvenir en Russie. Après une photo devant la fusée Vostok qui trône devant le musée qui est situé à l'autre bout du parc, l'adjointe du conservateur nous reçoit, elle parle le français et malgré l'heure tardive, elle nous fait les honneurs des collections du plus grand musée spatial de la fédération. Les pièces exposées sont, soit des prototypes, soit des copies à la grandeur réelle. Nous découvrons également un grand nombre de vaisseaux qui se sont posés sur la Lune pour nous envoyer une multitude d'informations.

A la fin de cette visite très instructive, nous remettons officiellement une maquette d'exposition au Musée. Elle rejoindra le premier Spoutnik suspendu dans la 1ère salle et accueillera le visiteur. Le retour semble plus court la nuit et chacun pense à la rencontre que l'on fera demain avec la station MIR.

Vendredi 10 octobre 1997
Le TSOUP, Centre de Contrôle de la Station MIR, n'est pas très loin du centre de repos où nous logeons et à 11 heures, le bus nous y conduit rapidement. Monsieur LATICHEV, responsable de la communication au TSOUP nous reçoit et nous fait part du programme de la rencontre qui se déroulera dans l'après-midi. Après la visite des lieux, nous aurons un contact avec MIR vers 15 heures. Le repas est pris à la cafétéria du centre pour ne pas perdre de temps, car le rendez-vous est impératif.

A l'heure dite, le groupe est installé dans la salle de contrôle. Sur le grand écran central, on voit le point lumineux figurant la station MIR, elle survolait la Terre de Feu et la trajectoire qui la conduisait sur la Russie traversait l'Atlantique et l'Afrique. Le contact a débuté sans que vraiment on s'en aperçoive. Nous avions peine à croire que les 2 cosmonautes sur l'écran étaient dans la station. La salle a applaudi lorsque le Commandant Soloviev a été chercher le micro-satellite et l'a présenté à la caméra en apesanteur. Pendant une bonne demi-heure, les questions des élèves et des personnalités se sont succédées. Puis après l'au-revoir, la transmission cessa comme cela avait commencé. Il fallait laisser la place aux transmissions numériques du vol. Nos jeunes ont alors réalisé l'importance de l'événement auquel ils venaient d'assister et ont pu témoigner de leur émotion aux différents journalistes qui les questionnaient.

La conférence de presse qui fut ensuite dirigée par Monsieur KOURILOV permit de faire connaissance avec ceux qui nous ont aidés du côté russe. Le premier projet collégien de micro-satellite non gouvernemental est un plein succès, même si les finances ne sont pas encore complètement bouclées. La suite du programme spatial pour la jeunesse est présentée, elle ne peut aboutir qu'à un plus grand développement des échanges entre nos pays.

Nous nous quittons après la remise du fanion du collège au Directeur du TSOUP pour le remercier de son accueil et de la journée inoubliable que les jeunes ont vécue.

Samedi 11 octobre 1997
La partie scientifique du programme est presque achevée, la visite du MAI prévue ne pourra se faire que lundi avant le départ. Monsieur KOURILOV propose la visite de Moscou. Elle débute par le parc Izmailovski. Le marché animé offre des possibilités de rencontrer l'artisanat russe, les Matriochka, de toutes les grandeurs, de toutes les couleurs, sont très tentantes, mais il y a mille autres objets en bois peints en métal ou en céramique.

Le temps passe vite. Après le repas, il s'est mis à pleuvoir, ce qui ne facilite pas la visite de la ville. Nous parcourons cependant les allées du monastère Movodevitchi où les jeunes découvrent l'architecture des églises orthodoxes. Nous admirons les couleurs flamboyantes des arbres centenaires qui ornent le parc.

La visite du métro est un moment important. Le plus beau métro du monde n'usurpe pas sa réputation. Nous avons admiré : les revêtements de marbre, les sculptures, les mosaïques, les lustres en argent et cristal. La rapidité des rames permettent à une foule importante de passagers de se déplacer.

Notre visite de Moscou s'est achevée sous une pluie diluvienne qui nous chassa dans le bus. A Moscou, le groupe a connu le soleil, la neige, la grêle et la pluie.

Dimanche 12 octobre 1997
La pluie de la veille a nettoyé le ciel qui, maintenant est bleu. Il fait froid et la visite de Moscou continue par un passage dans la rue Arbat, réputée pour ses spectacles de rue. Il était trop tôt pour pouvoir les contempler. Les étals des petits marchands commençaient à être installés à la grande joie des jeunes. L'auteur Poutchikine habitait la rue et sa maison est très visitée. Les gens qui fréquentent les lieux sont différents de ceux du parc Izmaïlovsky car plusieurs marchands parlent français. C'est bien un lieu touristique.

La visite de l'église du Christ Sauveur ne peut se faire que de l'extérieur, car comme beaucoup d'édifices religieux de la ville, elle est en rénovation. Construite sur l'emplacement de la plus grande piscine à ciel ouvert d'Europe, sa première pierre fut posée le 7 janvier 1995 (3 000 ouvriers y travaillent jour et nuit). Des ouvriers sculptent le marbre devant les visiteurs et le résultat est magnifique. L'ensemble est en marbre blanc surmonté de bulles dorées brillant au soleil.

Après le repas, Monsieur KOURILOV nous conduit à l'Université de Moscou. Cet édifice d'architecture stalinienne se dresse sur une petite élévation d'où on peut découvrir la ville dans son ensemble. Fait moderne : l'esplanade qui se situe devant l'Université a été choisie par Jean Michel JARRE pour donner son concert public à l'occasion du 850e anniversaire de Moscou.

En redescendant vers la ville, le groupe visita la place rouge et plus spécialement le mur du Kremlin, la culture rejoignant le projet spatial puisque la délégation s'arrêta pour se recueillir silencieusement devant les cendres du héros Gagarine.

Le reste de la soirée était consacré au spectacle. Monsieur KOURILOV et la F.A.R. nous invitaient au Bolchoï. La pièce représentée était le Coq d'Or de Poutchkine et la musique de Rimski Korsakov. La salle est magnifique et les élèves, même s'ils ne comprenaient pas les paroles, étaient émerveillés par l'ensemble du spectacle purement féérique.

Lundi 13 octobre 1997
C'est le dernier jour de notre visite en Russie. Moscou est sous un beau soleil. Au programme, avant l'embarquement, est prévue la visite du MAI (Moscou Aéronautique Institution). Les adieux au centre avec la personne qui s'est occupée de nous durant le séjour, sont émouvants. Je pense que notre groupe gardera un bon souvenir de son passage au centre de repos de RKK Energia.

Nathalie POTTIER et les étudiants de son groupe nous accueillent sur le parking de l'Institut qui se trouve de l'autre côté de la ville. La visite commence par le Labo. N 9 : celui des fusées. Le professeur est charmant et donne toutes les explications sur la structure et la composition des fusées, c'est un domaine très secret et peu d'étrangers peuvent dire qu'ils en ont fait la visite. On a de la peine à imaginer ces gros réservoirs debout remplis d'hydrogène liquide prêts à exploser à la moindre fausse manoeuvre. Les laboratoires suivants sont tout aussi intéressants : d'abord celui des avions où les Soukoï n'ont plus de secret pour nos jeunes, puis celui des hélicos. Là, tout est dessiné à la main, et les calculs se font mentalement. Le calculateur est utilisé ultérieurement comme complément. La visite se termine dans l'atelier des scaphandres, ils sont essayés par nos jeunes. Le prix de ces vêtements en fait des objets précieux que l'on touche avec respect.

Avant notre départ pour l'aérodrome, nous remettons au Directeur du MAI la deuxième maquette d'exposition de Spoutnik pour le musée de l'école. Cette pièce souvenir marquera la visite des petits français dans cet institut prestigieux de la Fédération de Russie.

Notre programme de visite étant achevé, nous pouvons rentrer à la Réunion et attendre le lancement du PS2 dans l'espace, le 3 novembre prochain. Le bus nous reconduit à Sheremetyevo. Les " au-revoirs " aux jeunes du groupe de Naltchik et les remerciements à Messieurs KOURILOV et Nicolas BODINE, qui nous avait rejoints, furent émouvants. Les formalités de douane, d'embarquement et de police furent remplies sans encombre... le groupe était sur le chemin du retour!...

Voici quelques indications techniques :

PS2 est une sphère de 197 mm de diamètre qui pèse 2800gr.La puissance d'émission est de 200 mw. L'alimentation est réalisée par 3 batteries de 4 piles au lithium de 3,5 V. La fréquence d'émission sera vraisemblablement 145,820 MHz , mais on pourra écouter 145,841 MHz . Les antennes de 500 mm sont montées en polarisation circulaire et PS2 pourra être écouté en SSB ou en FM. Le son sera plus agréable en SSB , mais l'effet Doppler risque de compliquer le glissement en début et fin de passage du satellite (2000 km au lever et au coucher du satellite et 300 km au passage de la verticale du lieu d'écoute)

La fréquence BF sera variable selon la température è l'intérieur du micro satellite, selon le tableau publié par AMSAT-France
-50 C : 372Hz,
-40 C : 579Hz,
-30 C : 778Hz,
-20 C : 934Hz,
-10 C : 1041Hz
0 C : 1110Hz
+10 C: 1152Hz,
+20 C: 1179Hz,
+30 C: 1195Hz,
+40 C: 1206Hz,
+50 C:1213Hz

Ces mesures ne pourrons être faites que par des OM pouvant digitaliser le signal.

On ne connaît pas encore l'heure du lancement, ni le point géographique. L'orbite sera celle de MIR au moment du lancement

Nous serions heureux de recevoir des mesures de la fréquence de la BF ainsi que les éléments klépériens obtenus par des mesures du Doppler.

Le radio club FR5KJ proposera un diplôme pour remercier les OM qui lui enverront des Cartes QLS (rapport d'écoute ) accompagnées de deux IRC et d'une enveloppe auto-adressée .

C) Parrainages
Le programme de satellite commémoratif "scolaire" Spoutnik 40 Ans est parrainé et soutenu financièrement par LA POSTE, par la Compagnie aérienne ROYAL AIR MAROC, par Monsieur LEON DEBORD, par la Fondation FRANCIS WESLEY et par la société brésilienne d'équipements pour les communications par satellite TECSAT. En Russie, le programme est soutenu par l'entreprise RKK ENERGIA, suivie par l'INSTITUT pour les PROBLEMES MEDICAUX et BIOLOGIQUES (IMBP), l'ACADEMIE des SCIENCES de RUSSIE, INKOMBANK et la Compagnie LOUKOIL-TRANS.

La partie mécanique du satellite a été conçue et réalisée par les élèves du Centre d'Education Polytechnique de Naltchik, capitale de la république russe de Kabardie-Balkar, avec le soutien des ingénieurs de l'entreprise RKK ENERGIA. La partie électronique a été étudiée et construite en France par les élèves du Radio-Club du Collège Reydellet de Saint-Denis de La Réunion avec l'aide des radioamateurs et des membres de l'association AMSAT- France, et avec le soutien de l'ANVAR, de la DRRT de La Réunion, du CONSEIL GENERAL de La Réunion et du CONSEIL REGIONAL de La Réunion.

L'AERO-CLUB de FRANCE coordonne la partie française du programme et La FEDERATION ASTRONAUTIQUE DE RUSSIE pilote l'ensemble du programme "Spoutnik 40 Ans", sous la direction de Victor Kourilov.

La Maison de La Réunion à Paris (CNARM), la société mixte PROTEL (spécialiste des nouvelles technologies d'information et de communication) et AIR FRANCE ont aussi considérablement aidé le projet par leur soutien logistique. L'EURO SPACE CENTER a apporté une contribution inestimable à la formation "spatiale" des jeunes du Collège Reydellet, pour les préparer à suivre le lancement de leur satellite.

Note importante : il reste encore des factures à payer, et pour équilibrer le budget, le programme "Spoutnik 40 Ans" a encore besoin de huit parrains financiers à hauteur de 3000 F ou 6000 $ chacun... Les organisateurs ne doutent pas que d'autres institutions, d'autres entreprises et d'autres particuliers viendront se joindre à tous ceux qui ont déjà soutenu le programme, pour partager cette aventure exceptionnelle. Ils ne doutent pas que les lecteurs de cet "hebdo" feront tous leurs meilleurs efforts pour inviter de nouveaux parrains à participer.


retour au début





N19 + special flash SPOUTNIK 40 ANS HEBDO



SPECIAL FLASH - Lundi 20 octobre 1997, depuis Sao José Dos Campos, Brésil

La société brésilienne T E C S A T parraine Spoutnik 40 Ans

Aujourd'hui, lundi 20 octobre 1997, à 11 heures du matin, heure du Brésil, Antonio Marcio Hisse de Castro, Président-Directeur de la compagnie TECSAT, de Sao José Dos Campos, dans l'Etat de Sao Paulo, au Brésil, a signé l'accord de parrainage pour le satellite éducatif Spoutnik 40 Ans.

Guy Pignolet, représentant l'Aéro-Club de France, a remis à TECSAT un certificat de parainnage et une maquette d'exposition de Spoutnik 40 Ans réalisée par les élèves du collège Reydellet.

TECSAT, fleuron de la technologie brésilienne, possède l'une des usines les plus modernes du monde, et en douze années, est devenu la plus importante société de télécommunications de l'Amérique du Sud, composée de 15 compagnies qui participent à différents secteurs de l'économie, à la fois sur les marchés civils et militaires.

Implantée à Sao José Dos Campos, à Manaos, en Argentine et aux Etats-Unis, TECSAT a installé au Brésil plus de 3 millions de récepteurs et des décodeurs pour la télévision par satellite, s'affirmant comme le leader brésilien incontesté avec 80% des parts du marché. TECSAT, qui s'est établi une excellente réputation mondiale par ses ventes de matériel à l'exportation, fabrique aussi des équipements pour la télévision par câble et la téléphonie celullaire, ainsi que des unités mobiles pour la télévison. TECSAT construit des transpondeurs pour les satellites brésiliens, et fabrique chaque année assez de fibres optique pour couvrir la distance de la Terre à la Lune. TECSAT, qui s'est considérablement investi dans les technologies digitales, a aujourd'hui des projets dans le monde entier.

Les premiers contacts entre le programme Spoutnik 40 Ans et TECSAT avaient été établis par le Capitaine Basilio Baranoff, Président de NAEE ((Nucleos de Atividades Espatiais Educativas) et organisateur du premier séminaire brésilien consacré à l'Education Spatiale, les 21 et 22 octobre 1997. Le pilote-cosmonaute Alexandre Serebrov, Président de l'association russe d'éducation spatiale "Soyuz" participe également à ce séminaire. En 1993, c'est Alexandre Serebrov qui avait lancé dans l'espace la maquette commémorative de la fusée de Tsiolkovski réalisée par les jeunes de Centre d'Education Polytechnique de Naltchik.


retour au début





N19 SPOUTNIK 40 ANS HEBDO



Lundi 20 octobre 1997, depuis Sao José Dos Campos, Brésil

15 octobre 1997 :
deux modèles de vol du satellite Spoutnik 40 Ans / PS2 sont montés à bord de MIR le 5 octobre dernier. D'après les dernières informations rapportées par Nathalie Pottier, l'un des modèles sera lancé dans l'espace le 3 novembre prochain, après les derniers essais à bord de la station spatiale MIR. Le vendredi 10 octobre dernier, la séance de liaison entre les cosmonautes et les jeunes de la Réunion et de Naltchik s'est très bien passée. Les collégiens étaient très émus.

La partie mécanique du satellite a été conçue et réalisée par les élèves du Centre d'Education Polytechnique de Naltchik, capitale de la république russe de Kabardie-Balkar, avec le soutien des ingénieurs de l'entreprise RKK ENERGIA. La partie électronique a été étudiée et construite en France par les élèves du Radio-Club du Collège Reydellet de Saint-Denis de La Réunion avec l'aide des radioamateurs et des membres de l'association AMSAT- France, et avec le soutien de l'ANVAR, de la DRRT de La Réunion, du CONSEIL GENERAL de La Réunion et du CONSEIL REGIONAL de La Réunion.

L'AERO-CLUB de FRANCE coordonne la partie française du programme et La FEDERATION ASTRONAUTIQUE DE RUSSIE pilote l'ensemble du programme "Spoutnik 40 Ans", sous la direction de Victor Kourilov.

Le programme de satellite commémoratif "scolaire" Spoutnik 40 Ans est parrainé et soutenu financièrement par LA POSTE, par la Compagnie aérienne ROYAL AIR MAROC, par Monsieur LEON DEBORD et par la FONDATION FRANCIS WESLEY. En Russie, le programme est soutenu par l'entreprise RKK ENERGIA, suivie par l'INSTITUT pour les PROBLEMES MEDICAUX et BIOLOGIQUES (IMBP), l'ACADEMIE des SCIENCES de RUSSIE, INKOMBANK et la Compagnie LOUKOIL-TRANS.

La Maison de La Réunion à Paris (CNARM), la société mixte PROTEL (spécialiste des nouvelles technologies d'information et de communication) et AIR FRANCE ont aussi considérablement aidé le projet par leur soutien logistique. L'EURO SPACE CENTER a apporté une contribution inestimable à la formation "spatiale" des jeunes du Collège Reydellet, pour les préparer à suivre le lancement de leur satellite.


retour au début





N18 SPOUTNIK 40 ANS HEBDO



Lundi 13 octobre 1997

Le programme de satellite commémoratif "scolaire" Spoutnik 40 Ans est parrainé et soutenu financièrement par LA POSTE, par la Compagnie aérienne ROYAL AIR MAROC, par Monsieur LEON DEBORD et par la FONDATION FRANCIS WESLEY.

La Maison de La Réunion à Paris (CNARM), la société mixte PROTEL (spécialiste des nouvelles technologies d'information et de communication) et AIR FRANCE ont aussi considérablement aidé le projet par leurs soutiens logistiques.

En Russie, le programme est soutenu par l'entreprise RKK ENERGIA, suivie par l'INSTITUT pour les PROBLEMES MEDICAUX et BIOLOGIQUES (IMBP), l'ACADEMIE des SCIENCES de RUSSIE, INKOMBANK et la Compagnie LOUKOIL-TRANS.

Le satellite scolaire Spoutnik 40 Ans "PS-2" est aujourd'hui à bord de la station spatiale MIR, en attente de lancement "à la main" par le cosmonaute Pavel Vinogradov entre le 18 et le 20 octobre prochain.

La partie mécanique a été conçue et réalisée par les élèves du Centre d'Education Polytechnique de Naltchik, capitale de la république russe de Kabardie-Balkar, avec le soutien des ingénieurs de l'entreprise RKK ENERGIA. La partie électronique a été étudiée et construite par les élèves du Radio-Club du Collège Reydellet de Saint-Denis de La Réunion avec l'aide des radioamateurs et des membres de l'association AMSAT-France, et avec le soutien de l'ANVAR, de la DRRT de La Réunion, du CONSEIL GENERAL de La Réunion et du CONSEIL REGIONAL de La Réunion. L'EURO SPACE CENTER a apporté une contribution inestimable à la formation "spatiale" des jeunes du Collège Reydellet, pour les préparer à suivre le lancement de leur satellite.

L'AERO-CLUB de FRANCE coordonne la partie française du programme et La FEDERATION ASTRONAUTIQUE DE RUSSIE pilote l'ensemble du programme "Spoutnik 40 Ans", sous la direction de Victor Kourilov.

... PAGE BLANCHE :

il n'y a pas eu de No le 6 octobre, pour cause d'intense travail de rattrapage pour le Congrès International d'Astronautique à Turin (Italie)...
28 septembre 1997 :
le car est tombé en panne sur l'autoroute, et les jeunes du Collège Reydellet sont arrivés à Redu à l'Euro Space Center vers les 3 heures du matin.
30 septembre 1997 :
les jeunes du Collège Reydellet participent à des émissions de télévision avec la RTBF (Belgique) et RFO (France).
02 octobre 1997 :
retour en car de Redu à Paris et hébergement à la Résidence de La Réunion à Paris.
02 octobre 1997 :
conférence de Presse à la Maison de la Réunion, en présence des parrains de Spoutnik 40 Ans. Remise des Certificats de Parrainage par le Professeur Audouin Dollfus. Remise des maquettes d'exposition par les jeunes du Collège Reydellet.
04 octobre 1997 :
quarantième anniversaire du lancement du premier satellite artificiel de la Terre et de l'ouverture d'une nouvelle ère pour l'Humanité : l'ère spatiale !
04 octobre 1997 :
La chaîne de télévision nationale française FR3 diffuse des images des jeunes du Collège Reydellet et du Centre d'Education Polytechnique de Naltchik.
05 octobre 1997:
le satellite Spoutnik 40 Ans / PS2 décolle du cosmodrome de Baïkonour à bord d'un vaisseau de transport Progress.
07 octobre 1997:
le groupe des élèves du Collège Reydellet repartent pour Moscou avec leurs accompagnants et une équipe de télévision de RFO. Au programme : le mardi 7 : promenade en bus dans Moscou // le mercredi 8 : visite de la Cité des Etoiles le matin, et du MAI (Institut d'Aviation de Moscou) l'après-midi // le jeudi 9 : toute la journée visite à Kalouga, guidée par le radioamateur Serguei Sambourov, petit-fils de Konstantin Tsiolkovski // le vendredi 10 : depuis le Centre de Contrôle des Vols TSOUP, dialogue avec les cosmonautes de MIR // le samedi 11 : excursion culturelle à Zagorsk // le dimanche 12 : excursion dans Moscou. // Le retour à La Réunion via Paris est prévu pour le lundi 13 octobre.
08 octobre 1997 :
dans la nuit du 8 au 9 octobre 1997, le vaisseau Progress a pu s'amarrer sur la station MIR, et le satellite Spoutnik 40 Ans a été transféré à bord de la station spatiale.
09 octobre 1997 :
à Turin, en Italie, Guy Pignolet raconte l'histoire du projet et présente la maquette prototype (celle du Salon du Bourget) dans une communication au Congrès International d'Astronautique.
11 octobre 1997 :
la maquette prototype du satellite Spoutnik 40 Ans est présentée au Palais de la Découverte par le réseau de radioamateurs français REF, dans le cadre de l'opération Science en Fête 1997.
Note financière :
dans des opérations comme cette magnifique aventure éducative et commémorative "Spoutnik 40 Ans", c'est le calendrier qui compte avant tout, mais il reste des factures à payer, et il y en a d'autres qui vont venir : il faut encore 9 parrains (institutions, entreprises, particuliers) à 30 000 F chacun pour boucler. A votre bon coeur. Merci.

retour au début





N17 SPOUTNIK 40 ANS HEBDO



Lundi 29 septembre 1997

Le programme de satellite commémoratif "scolaire" Spoutnik 40 Ans est parrainé et soutenu financièrement par LA POSTE, par la Compagnie aérienne ROYAL AIR MAROC, par Monsieur LEON DEBORD et par la FONDATION FRANCIS WESLEY.

Rappelons que c'est LA POSTE qui a créé il y a plus d'un siècle l'Union Postale Universelle, premier grand organisme de dimension planétaire. Et à Casablanca, au centre vital de la compagnie ROYAL AIR MAROC, où se font l'entraînement de tous les pilotes des compagnies africaine, mais aussi la qualification des nouveaux pilotes du Concorde, l'esprit de Saint-Exupéry règne encore.

La Maison de La Réunion à Paris (CNARM), la société PROTEL (spécialiste des nouvelles technologies d'information et de communication, qui a notamment organisé la vidéoconférence du 20 février 1997 entre La Réunion et Moscou) et AIR FRANCE (qui a accordé des tarifs très préférentiels à l'équipe dynamique du Collège Reydellet) ont considérablement aidé le projet par leurs soutiens logistiques.

En Russie, le programme est soutenu par l'entreprise RKK ENERGIA, suivie par l'INSTITUT pour les PROBLEMES MEDICAUX et BIOLOGIQUES (IMBP), l'ACADEMIE des SCIENCES de RUSSIE, INKOMBANK et la Compagnie LOUKOIL-TRANS.

Un exemplaire de vol et un exemplaire de secours du satellite scolaire Spoutnik 40 Ans "PS-2" sont aujourd'hui à Baïkonour, en attente de départ vers la station MIR pour un lancement dans l'espace par le cosmonaute Pavel Vinogradov. Un troisième modèle du satellite est resté à Moscou pour les célébrations du 40eme anniversaire du lancement du premier satellite artificiel de la Terre.

Les parties mécaniques ont été conçues par les élèves du Centre d'Education Polytechnique de Naltchik, capitale de la république russe de Kabardie-Balkar, au centre du Caucase, avec le soutien des ingénieurs de l'entreprise RKK ENERGIA. Les parties électroniques ont été étudiées et construites par les élèves du Radio-Club du Collège Reydellet de Saint-Denis de La Réunion avec l'aide des radioamateurs et des membres de l'association AMSAT-France, et avec le soutien de l'ANVAR, de la DRRT de La Réunion, du CONSEIL GENERAL de La Réunion et du CONSEIL REGIONAL de La Réunion.

L'EURO SPACE CENTER, à Redu, en Belgique apporte actuellement une contribution inestimable à la formation "spatiale" des jeunes du Collège Reydellet, pour les préparer à suivre le lancement prochain de leur satellite. L'AERO-CLUB de FRANCE coordonne la partie française du programme. La FEDERATION ASTRONAUTIQUE DE RUSSIE pilote l'ensemble du programme "Spoutnik 40 Ans".

... PAGE BLANCHE :

il n'y a pas eu de No le 22 septembre 1997, pour cause d'intense travail de préparation du départ des élèves du Collège Reydellet pour leur voyage à Moscou...
18 septembre 1997 :
la revue Science & Vie Junior (octobre 1997) publie sous la plume de David Pouilloux un magnifique article de deux pages, avec une photo des jeunes de Reydellet en compagnie du cosmonaute Alexandre Serebrov et une photo de Gérard Auvray, d'AMSAT-France, tenant dans ses mains le prototype de "Spoutnik 40 Ans". L'article se termine par un nouvel appel aux parrains, car à deux semaines du lancement prévu, il manque encore une dizaine de parrains pour compléter le financement du programme...
19 septembre 1997 :
Jean-Paul Marodon présente le projet Spoutnik 40 Ans au cours d'une conférence organisée à la Mairie de Saint Denis par l'Association Astronomique de La Réunion.
19 et 22 septembre 1997 :
Guy Pignolet aide les élèves du Collège Reydellet à faire les premiers bilans du programme, dans les domaines des techniques spatiales et de l'organisation du projet.
23 septembre 1997 :
à Paris, Georges Ballini, de l'Aéro-Club de France, et Alexandre Dorokhov, de l'Ambassade de Russie à Paris, règlent les derniers problèmes de visas pour les visites à Moscou.
23 septembre 1997 :
au Collège Reydellet, sous la direction du professeur Gérard Six, fin de la fabrication en série de 16 modèles d'exposition du satellite "Spoutnik 40 Ans", destinés aux parrains et aux organismes qui ont soutenu le projet.
24 septembre 1997 :
à l'aéroport Roland Garros, à Saint-Denis de La Réunion, à 19h, remise officielle des maquettes de Spoutnik 40 Ans aux représentant de la REGION REUNION, du CONSEIL GENERAL de La Réunion, de la DRRT (Direction Régionale de la Recherche et de la Technologie) et de l'ANVAR. A 21h, décollage des 5 jeunes représentants de l'équipe française du Collège Reydellet, à destination de Moscou.
25 septembre 1997 :
à l'escale de Paris, Audouin Dollfus et Georges Ballini, de l'Aéro-Club de France, se joignent à la délégation de La Réunion. Arrivée à Moscou dans l'après-midi, et installation dans une résidence à Korolev (anciennement Kaliningrad) au nord de Moscou, avec trois de leurs jeunes collègues et leurs accompagnateurs venus de Naltchik.
26 septembre 1997 matin :
le groupe "Spoutnik 40 Ans" visite le TSOUP, Centre de Contrôle des Vols, en compagnie de Mikhail Balkizov, Ministre de l'Education et de la Science de la République Russe de Kabardie-Balkar.
26 septembre 1997 midi :
le groupe "Spoutnik 40 Ans" se rend à l'Ambassade de France à Moscou où il rencontre successivement Mme Bernadette Chirac, la cosmonaute française Claudie André-Deshays, M. Jacques CHIRAC, PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE, qui s'entretient pendant cinq minutes avec le groupe des collégiens, en examinant l'un des modèles de vol du satellite et une maquette d'exposition, en compagnie de M. Claude Allègre, son Ministre de l'Education Nationale.
26 septembre 1997 après-midi :
réception à l'ambassade de Kabardie-Balkar à Moscou.
27 septembre 1997 :
le matin, visite au Musée des Cosmonautes à Moscou, avec sa célèbre flèche en titane. l'après-midi, visite de Moscou (Place Rouge).
28 septembre 1997 :
retour vers Naltchik pour les jeunes Russes et vers Paris pour les jeunes Français. Transbordement par car vers l'Euro Space Center à Redu en Belgique.
NOTE IMPORTANTE : le programme a ENCORE besoin de parrains, c'est sérieux et c'est URGENT !

retour au début





N16 SPOUTNIK 40 ANS HEBDO



Mardi 16 septembre 1997

Le programme de satellite commémoratif "scolaire" Spoutnik 40 Ans est parrainé par LA POSTE, la Compagnie ROYAL AIR MAROC, Monsieur LEON DEBORD et la FONDATION FRANCIS WESLEY.

En Russie, il est soutenu par l'entreprise RKK ENERGIA, suivie par l'INSTITUT pour les PROBLEMES MEDICAUX et BIOLOGIQUES (IMBP), l'ACADEMIE des SCIENCES de RUSSIE, INKOMBANK et la Compagnie LOUKOIL-TRANS.

Le satellite Spoutnik 40 Ans "PS-2" est aujourd'hui prêt pour être envoyé le 3 octobre prochain vers la station MIR pour un lancement par les cosmonautes Anatoli Soloviev et Pavel Vinogradov.

La partie mécanique a été conçue par les élèves du Centre d'Education Polytechnique de Naltchik, capitale de la république russe de Kabardie-Balkar, avec le soutien des ingénieurs de l'entreprise RKK ENERGIA. La partie électronique a été étudiée et construite par les élèves du Radio-Club du Collège Reydellet de Saint-Denis de La Réunion avec l'aide des radioamateurs et des membres de l'association AMSAT-France, et avec le soutien de l'ANVAR, de la DRRT de La Réunion, du CONSEIL GENERAL de La Réunion et du CONSEIL REGIONAL de La Réunion.

10 septembre 1997 :

l'Ambassade de France en Russie invite l'ensemble de la délégation française de programme Spoutnik 40 Ans à rencontrer le Président français Jacques Chirac lors de son voyage en Russie le vendredi 26 septembre 1997.
11 septembre 1997 :
l'Aéro-Club de France mandate Audouin Dollfus et Georges Ballini pour le représenter lors de la rencontre avec le Président de la République Française. Guy Pignolet se rendra à l'Ile de La Réunion pour une journée "Portes Ouvertes - Spoutnik 40 Ans" au Collège Reydellet le 26 septembre 1997 avec les élèves du projet qui ne participent pas au voyage à Moscou.
12 septembre 1997 :
commande du matériel pour la réalisation de 16 maquettes d'exposition du Spoutnik 40 Ans, destinés aux parrains et aux organisations qui ont aidé le projet.
15 septembre 1997 :
finalisation du programme de voyage et réservations pour les cinq élèves du Collège Reydellet et leurs accompagnateurs.
  • Réunion-Paris : AF 445 - dep. mer 24/09 à 21h00 - arr. jeu 25/09 à 06h20.
  • Paris-Moscou : AF 1826 - dep. jeu 25/09 à 09h40 - arr. jeu 25/09 à 15h00.
  • Ven. 26 sept. : rencontre avec le Président Jacques Chirac à l'Ambassade de France à Moscou.
  • Sam. 27 sept. : programme culturel à Moscou.
  • Moscou-Paris : - dep. dim 28/09 à 16h10 - arr. dim 28/09 à 17h55 -Transfert en car à l'Euro Space Center
  • Lun. 29 sept. à mer. 1er oct. : activités à l'Euro Space Center à Redu
  • Mar. 30 sept. : Télévision avec la RTBF belge
  • Jeu. 2 sept. Retour à Paris en bus - Conférence de Presse à la Maison de La Réunion à Paris
  • Paris-Moscou : AF 1826 - dep. ven 03/10 à 09h40 - arr. ven 03/10 à 15h00.
  • Ven. 3 oct. à mar. 14 oct. : Programme d'événements "Spoutnik 40 Ans" organisé par Victor Kourilov et la Fédération Astronautique de Russie.
  • Moscou-Paris : AF 1849 - dep. mar 14/10 à 16h10 - arr. mar 14/10 à 17h55.
  • Paris-Réunion : AF 440 - dep. mar 14/10 à 21h00 - arr. mer 15/10 à 09h50.
Lors de la Conférence de Presse, le jeudi 2 octobre à 17 heures à la Maison de La Réunion, 39 rue Gauthey à 75017 Paris, les maquettes d'exposition seront remises solennellement aux parrains du programme.

16 septembre 1997 :

la chaîne de télévision RFO annonce son intention de suivre le groupe Spoutnik 40 Ans en Belgique et en Russie.
16 septembre 1997 :
L'Aéro-Club de France recherche toujours des parrains pour boucler le budget comme prévu (voyage supplémentaire Paris-Moscou-Paris et participation aux frais de lancement). Les parrains seront les bienvenus jusqu'au dernier moment...) - URGENT !

Paroles de mémoire et d'espoir

Le 4 octobre 1957, soudain les ondes électromagnétiques transmettent un bruit très particulier et répétitif : BIP...BIP...BIP.... C'est la preuve que pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, un satellite artificiel tourne autour de la Terre, manifestant ainsi sa présence en nous transmettant son signal. C'est pour moi, qui depuis mon plus jeune âge est émerveillé par la voûte céleste, d'abord la stupeur, immédiatement suivie de la pensée qu'un événement plus que prometteur suivrait à court terme...

Depuis que l'homme a fait son apparition sur notre planète il n'a cessé de s'aventurer sur tous les continents, donnant libre cours à son instinct de mouvement notamment au travers des steppes, des déserts et des montagnes. Puis dès qu'il s'est aperçu que le bois flottait, il est devenu tout naturellement marin, et son assiduité à découvrir l'obligea à ne plus seulement rêver en contemplant les étoiles, mais bien à se servir des astres afin de naviguer vers des continents inconnus.

L'Aérostation puis l'Aviation suivirent avec plus ou moins de succès, assortis de l'inévitable cortège de héros et de martyrs victimes de leur intrépidité. Toujours plus loin, toujours plus vite, toujours plus haut semble être une de leur devises permanentes. Si la Science n'a pas de Patrie, les savants et autres grands hommes en ont une. Après la Conquête de l'Air, voici donc venue la Conquête de l'Espace. Cette première était réussie par l'U.R.S.S.

Je répète "événement prometteur", car j'imaginais aussitôt que l'homme devrait bientôt habiter un satellite. L'événement majeur étant qu'une fusée avait atteint la vitesse des huit kilomètres par seconde nécessaire pour permettre la satellisation de SPOUTNIK. En effet, avec un acharnement méritoire, peu de temps après, un animal particulièrement sélectionné pour sa mission, vivait en "apesanteur" et revenait au sol après avoir subi sans dommage un nombre important de "g". Cette dernière réussite ouvrait la voie à l'exploit de Youri GAGARINE qui en 1961 devenait le premier homme de l'espace. L'émulation était alors à son comble entre les deux plus grandes nations spatiales et en 1969, les onze kilomètres par seconde, soit la "vitesse de libération", étaient atteints avec un homme à bord, ce qui permit cette fois aux U.S.A. de déposer celui qui a mis le premier les pieds sur la Lune, Neil ARMSTRONG..

Avant de terminer ces lignes, qu'il me soir permis de souhaiter qu'après de tels exploits qui resteront les phares du vingtième siècle, les hommes finiront par comprendre que le troisième millénaire doit être celui de la PAIX. Les conquêtes désormais devront être pacifiques, les Russes et les Américains montrent l'exemple en collaborant à des tâches et des expériences dans la station MIR et la Navette Spatiale. Cosmonautes, Astronautes et Spationautes des différentes nations sont déjà à l'ouvrage.

Mon dernier espoir est que les hommes destinés à travailler sans cesse pour une cause qui les dépasse (Pasteur) s'unissent à jamais non pour détruire mais pour édifier. A ce propos, quel magnifique exemple que celui donné par ces jeunes collègiens russes de Naltchik et français de La Réunion qui, guidés judicieusement par leurs instructeurs respectifs et motivés par un impérieux devoir de mémoire, ont réalisé le projet " Spoutnik 40 Ans ". Le passé est garant du présent et surtout de l'avenir, car l'adolescent d'aujourd'hui n'est autre que le citoyen de demain.

Léon DEBORD Cinquante ans de brevet de Pilote depuis le 29 janvier 1997, Navigateur et Pilote Long Courrier au total de 9 500 heures de vol, Vice-Président de l'Association "Promouvoir Concorde", Seul passager français du record mondial absolu du Tour de la Terre les 15 et 16 août 1995 en 31 heures 27 minutes 49 secondes, Membre à vie de l'Aéro-Club de France (aura 55 ans d'ancienneté pour le 100e anniversaire du premier aéro-club du Monde).


retour au début





N15 SPOUTNIK 40 ANS HEBDO



Mardi 09 septembre 1997

Le programme de satellite commémoratif "scolaire" Spoutnik 40 Ans est parrainé par LA POSTE, la Compagnie ROYAL AIR MAROC, Monsieur LEON DEBORD et la FONDATION FRANCIS WESLEY.

En Russie, il est soutenu par l'entreprise RKK ENERGIA, suivie par l'INSTITUT pour les PROBLEMES MEDICAUX et BIOLOGIQUES (IMBP), l'ACADEMIE des SCIENCES de RUSSIE, INKOMBANK et la Compagnie LOUKOIL-TRANS.

Le satellite Spoutnik 40 Ans "PS-2" est aujourd'hui prêt pour être envoyé le 3 octobre prochain vers la station MIR pour un lancement par les cosmonautes Anatoli Soloviev et Pavel Vinogradov.

La partie mécanique a été conçue par les élèves du Centre d'Education Polytechnique de Naltchik, capitale de la république russe de Kabardie-Balkar, avec le soutien des ingénieurs de l'entreprise RKK ENERGIA. La partie électronique a été étudiée et construite par les élèves du Radio-Club du Collège Reydellet de Saint-Denis de La Réunion avec l'aide des radioamateurs et des membres de l'association AMSAT-France, et avec le soutien de l'ANVAR, de la DRRT de La Réunion, du CONSEIL GENERAL de La Réunion et du CONSEIL REGIONAL de La Réunion.

Cher lecteur, vous trouverez ci-après le programme final de cette belle opération tel qu'il est défini aujourd'hui. Le financement complet n'est pas encore totalement assuré, en particulier pour les voyages des jeunes français et des jeunes russes. C'est en marchant que l'on avance, telle a été la philosophie du programme, qui a permis d'arriver au succès technique que constitue la construction du premier satellite "scolaire" de l'histoire.

Cette construction et cette préparation pour le vol se sont faites dans un grand enthousiasme, par ceux qui ont donné bénévolement leur temps et leur compétences, par ceux que les nécessités de la vie ont obligés à demander un salaire ou un paiement en contrepartie d'une participation qui n'en est pas moins pleine de sympathie pour le projet, et par ceux qui ont offert généreusement leur soutien financier pour couvrir ces paiements et les autres besoins qui se diluent dans l'économie générale. Aidez d'autres parrains à nous rejoindre pour que les dernières étapes, essentielles pour la valorisation éducative du projet, puissent s'accomplir dans une sérénité méritée.

03 septembre 1997 :

confirmation du paiement de la première partie de la participation française aux frais de lancement du satellite "Spoutnik 40 Ans".
06 septembre 1997 :
en compagnie d'un million de personnes, Victor Kourilov a assisté au spectacle donné par le compositeur Jean-Michel Jarre pour la célébration des 850 ans de la ville de Moscou.
09 septembre 1997 :
dépose des demandes de visas pour les 5 jeunes et les 5 accompagnants qui doivent se rendre en Russie pour les opération de lancement de Spoutnik 40 Ans.
09 septembre 1997 :
conférence téléphonique entre Victor Kourilov, Jean-Paul Marodon et Guy Pignolet, avec l'aide de Daniel Quasimodo pour les traductions : organisation du voyage des jeunes français // discussion des problèmes financiers // voyage en Russie du Président Jacques Chirac.
* Organisation du voyage :
il est prévu que le groupe des 10 français partira de La Réunion le samedi 27 septembre. Après l'arrivée à Paris, ils se dirigeront vers l'Euro Space Center de Redu en Belgique, où ils seront accueillis gracieusement pendant trois jours par le directeur Hugo Marée et par ses équipes. De retour à Paris, l'équipe française de Spoutnik 40 Ans tiendra une conférence de Presse à l'Aéro-Club de France avant de s'envoler au matin du vendredi 3 octobre en direction de Moscou, où ils sont attendus pour participer à un certain nombre d'événements pour le 40ème anniversaire de Spoutnik.

Ensuite, en compagnie de leurs collègues russes, leur programme comprendra des visites techniques et culturelles, notamment à la Cité des Etoiles, au Musée Tsiolkovski à Kalouga, à l'entreprise Energia, au Musée de la Cosmonautique, et surtout au Centre de Contrôle des Vols TSOUP, à partir duquel ils pourront s'entretenir avec les cosmonautes de la station MIR. Sans oublier bien sûr une soirée au théâtre Bolchoï. Le retour de Moscou est prévu pour le 15 octobre 1997 et le retour à La Réunion le vendredi 17 octobre 1997.

* Problèmes financiers :
le travail de préparation se déroule normalement dans l'espoir que les derniers problèmes financiers seront résolus en temps voulu sinon, sans que cela ne mettre en cause de manière fondamentale la complétion du programme lui-même, des reports pourraient être rendus nécessaires.
* Voyage du Président Jacques Chirac :
le Ministère de l'Education a fait savoir à Jean-Paul Marodon que Jacques Chirac, Président de la République Française, se rendra en Russie à la fin de ce mois de septembre, accompagné de Claude Allègre, Ministre de l'Education. Le Ministère envisagerait une présentation du projet Spoutnik 40 Ans à l'Ambassade de France à Moscou, le vendredi 26 septembre 1997. Le groupe de projet a décidé que si cette invitation est confirmée, ce seront M. Victor Kourilov et Mlle Nathalie Pottier qui représenteront le projet, et qui présenteront au Président de la République Française l'un des modèles de vol du satellite scolaire "Spoutnik 40 Ans".

Victor Kourilov, Commissaire National pour les Vols Spatiaux à la Fédération Astronautique de Russie est Directeur du Programme "Spoutnik 40 Ans". Nathalie Pottier, étudiante française en cosmonautique à l'Institut d'Aviation de Moscou, a assuré les traductions techniques dans toutes les phases essentielles du projet, en particulier lors des réunions de définition à La Réunion en avril 1997, en présence du cosmonaute Alexandre Serebrov, et lors des réunions de Paris en août 1997 au moment de l'intégration finale du satellite.


retour au début





N14 SPOUTNIK 40 ANS HEBDO



Lundi 01 septembre 1997

27 août 1997:
publication d'un nouvel appel à parrains dans les deux principaux organes de Presse de La Réunion.
31 août 1997 :
dans une conversation téléphonique, Victor Kourilov annonce que le processus de certification du satellite Spoutnik 40 Ans PS-2 est presque terminé, et en particulier, que les tests d'environnement de température, de vide et de vibration ont été passés avec succès.
01 septembre 1997:
à ce jour, deux nouveaux parrainages sont en négociation, l'un avec une entreprise internationale, l'autre avec un particulier. D'autres parrainages sont encore nécessaires pour la bonne continuation du programme.

retour au début





N13 SPOUTNIK 40 ANS HEBDO



Lundi 25 août 1997

21 août 1997 :
Audoin Dollfus, Guy Pignolet et Charles Hochmann finalisent la version française du protocole pour la phase 2 du programme Spoutnik 40 Ans concernant le financement du lancement du satellite, les voyages des enfants et la préparation du Fonds International "Jeunesse pour l'Espace". De nouveaux appels à parrains sont préparés pour La Réunion, et pour les grands milieux d'affaires français.
21 août 1997 :
un appel d'offres est lancé auprès des clubs spatiaux français pour la conception de modules électroniques "bip-bip" pour les maquettes d'exposition destinées aux parrains. Les modules seront réalisés par les élèves du College Reydellet.
22 août 1997 :
au Collège Reydellet, après avoir discuté de la situation, les élèves décident de tirer au sort ceux qui voyageront pour le lancement de Spoutnik 40 Ans. Le sort a désigné : Audrey Castinel (13 ans), Marion Dubreuil (14 ans), Anne-Laure Girbal (13 ans), Sandrine Law-Wing-Chin (14 ans) et Jean-Cédric Maillot (14 ans). Les accompagnateurs seront Jean-Paul Marodon, Principal du Collège, Jean-Yves Morau, professeur de Biologie, Alain Orré, Informaticien, Gérard Six, professeur de technologie, et Mme Arlette Marodon, pour l'accompagnement des jeunes filles du groupe.
22 août 1997 :
le premier ordre de virement est donné pour la participation française aux frais de lancement.
24 août 1997 :
le deuxième appel à parrains est envoyé.

retour au début





N12 SPOUTNIK 40 ANS HEBDO



Lundi 18 août 1997

PARRAINAGES : IMPORTANT ET URGENT - Voir le dernier paragraphe

PAGE BLANCHE :
il n'y a pas eu de No le 11 août, pour cause de préparation de la visite à Paris de la délégation russe.
04 août 1997 :
réponses de Gérard Auvray F6FAO aux questions transmises par Rudolf Appel, du DGLR en Allemagne. Une description technique complète sera donnée avant le lancement.

Quand l'émetteur de Spoutnik 40 Ans sera-t'il activé ?
L'émetteur sera activé au cours d'une sortie extra véhiculaire. La durée de vie sera d'un à deux mois.

De combien Spoutnik 40 Ans s'éloignera -t'il de la station MIR ?
Le Spoutnik 40 Ans sera lancé à la main et ne sera pas très loin de MIR au départ, il gardera sensiblement l'orbite de MIR au moment du lancement. Mais l'orbite de la station elle-même sera ensuite ajustée par un manoeuvre de remontée de l'altitude de l'orbite. Ce sera un bon exercice pour les étudiants d'essayer de calculer les éléments orbitaux à partir du doppler.

Fréquence et type de modulation ?
Fréquence de 145,8 MHz, avec polarisation circulaire qui sera droite ou gauche selon l'attitude du satellite (Spoutnik 40 Ans n'est pas stabilisé). Modulation FM, signal BF autour de 1,3 kHz modulé par la température. Ce sera un autre bon exercice pour les étudiants de mesurer la fréquence et de calculer la température. Le signal ressemble au bip-bip avec un cycle arrêt-marche de 0,18 s ON et de 0,72 s OFF pour un cycle complet de 0,9 s. Le bip-bip peut être écouté en position FM ou en position SSB. Le son est vraiment meilleur en position SSB, mais pour mesurer la fréquence audio, il faut être en position FM. Ce ne sera pas un exercice facile parce qu'il s'agit d'impulsions et que la variation de fréquence est faible.

Equipements de réception ?
Dans les meilleurs cas de figure, on doit pouvoir recevoir sur un récepteur portable avec un gain d'antenne de 0dB, mais comme on ne connaîtra pas l'attitude du satellite dans l'espace, ce sera mieux d'utiliser une yagi avec un gain de 10dB (environ 9 éléments)

07 août 1997 :
ultime rencontre téléphonique de préparation avant la rencontre technique entre la partie française et la partie russe, avec la participation de Victor Kourilov, Jean-Paul Marodon, Daniel Quasimodo, Gérard Auvray, Georges Ballini, et Vladimir Syromiatnikov (de RKK Energia, en séjour dans les Alpes françaises) et Alexandre Dorokhov, Conseiller Scientifique à l'Ambassade de Russie en France. Où l'on apprend que suite à un décès dans la famille de Michail Balkizov, Ministre de l'Education et de la Science de la république de Kabardie-Balkar, l'arrivée de la délégation Russe à Paris est reportée d'une journée, du lundi 11 au mardi 12 août 1997.
11 août 1997 :
arrivée de la délégation de La Réunion, composée de Jean-Paul Marodon, Principal du Collège Reydellet, et de Daniel Quasimodo, traducteur // Où l'on apprend que Mikhail Balkizov ne pourra pas venir à Paris // Traduction et revue des documents protocolaires envoyés par la partie russe.
12 août 1997, matin :
Jean-Paul Marodon dépose au Ministère de l'Education Nationale le dossier pour le voyage des élèves français en Russie, du 27 septembre au 15 octobre 1997 // intégration des structures fabriquées à La Réunion avec la platine émetteur construite par Gérard Auvray et Amsat-France.
12 août 1997, midi :
accueil à Roissy de la délégation russe, composée de Victor Kourilov, de la Fédération Astronautique de Russie, directeur du programme Spoutnik 40 Ans, chef de la délégation, Hussein Dikinov, Directeur du Centre d'Education Polytechnique de Naltchik, Serguei Sambourov, de RKK Energia, responsable de la station radio-amateur installée à bord de la station spatiale MIR, de Serguei Vassiliev, ingénieur mécanicien de la Fédération Astronautique de Russie, et de Nicolai Bodine, assistant de Victor Kourilov, ainsi que de Nathalie Pottier, étudiante française à l'Institut d'Aviation de Moscou, qui assure les traductions techniques // Installation à l'hôtel du Bouquet de Longchamp, à proximité des locaux de l'Aéro-Club de France.
12 août 1997, après-midi :
rencontre des délégations française et russe à l'Aéro-Club de France. Premiers essais d'adaptation de la partie mécanique et de la partie électronique du satellite Spoutnik 40 Ans.
12 août 1997, soirée :
présentation du programme Spoutnik 40 Ans à la Maison de La Réunion à Paris, en présence des parrains de la partie française, avec Christine Arpin, représentant LA POSTE, des cosmonautes français Jean-Pierre Haigneré et Claudie André-Deshays, et d'une cinquantaine de personnalités. Interviews par l'équipe de télévision de RFO et par l'agence de presse russe Itar-Tass et par d'autres représentants de la presse russe. Punch créole et dîner réunionnais.
13 août 1997 matin :
Installation dans les locaux d'AMSAT-France à La Celle Saint Cloud, dans la banlieue ouest de Paris, avec Gérard Auvray, Vice Président d'Amsat-France, ainsi que de Christophe Carlier et de Julien Forest, d'AMSAT-France. Déjeuner à la pizza du coin, en compagnie de Jean Gruau, ancien directeur du Centre Spatial Guyanais, ancien Inspecteur Général du CNES, père du projet ARSENE de satellite pour les radioamateurs.
13 août 1997, après-midi :
revue générale de problèmes techniques de la partie électronique présentée par la partie française.
13 août 1997, soir :
dîner officiel à la Brasserie réunionnaise Eden Haussman, avec les directeurs du projet Spoutnik 40 Ans, les parrains LEON DEBORD, et Carolyn Wesley, représentant la Fondation FRANCIS WESLEY, et Alexandre Dorokhov, représentant l'Ambassade de Russie en France.
Nuit du mercredi 13 au jeudi 14 août 1997 :
pendant toute la soirée et toute la nuit, dans les locaux d'AMSAT- France, intégration de deux satellites complets, et d'une partie électronique complète. A 5 heures du matin, émission des premiers bip-bip du premier modèle réduit fonctionnel du premier satellite artificiel de la Planète Terre, Spoutnik-1. Dans la matinée, poursuite de la recette électrique des ensembles réalisés.
14 août 1997, matin :
dans les locaux de l'Aéro-Club de France, sélection du logo de la mission, parmi les 12 dessins apportés par la partie russe et les 10 dessins apportés par la partie française. Après un premier tour au cours duquel 6 dessins ont été présélectionnés, la décision finale a été de retenir un des dessins proposés par la partie russe et d'y intégrer un des dessins de Spoutnik réalisé par l'un des candidats de la partie française dans un style proche de ceux des dessins du "Petit Prince".
14 août 1997, 11 heures 30 du matin :
Conférence de Presse dans les locaux de l'Aéro-Club de France, et remise officielle à M. Victor Kourilov des trois ensembles électroniques complets réalisés par la partie française.
14 août 1997:
en raison de la fatigue générale des deux délégations après la nuit de travail pour la recette technique du satellite, la visite officielle au Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget, qui était prévue au programme, est annulée. Jean-Paul Marodon est interviewé depuis Paris par les média de l'Ile de La Réunion.
15 août 1997 :
toute la journée, dans les locaux de l'Aéro-Club de France, réunion de travail entre les deux délégations, pour l'organisation du financement du lancement de Spoutnik 40 Ans, baptisé "PS-2", ce qui veut dire "Satellite le Plus Simple N 2", en référence à Spoutnik-1 qui était baptisé "PS-1".

Il est décidé que la partie française participera pour 10 000 dollars, à hauteur des moyens dont elle dispose effectivement par les apports des parrains, et s'efforcera de compléter cette participation par la recherche de nouveaux parrains, jusqu'à hauteur totale de 40 000 dollars, représentant la moitié des sommes que la Fédération Astronautique de Russie doit verser à RKK Energia et à d'autres organismes pour la réalisation des essais d'environnement sur le satellite et pour son envoi à bord de MIR, le coût total de 80 000 dollars étant le résultat d'un parrainage général de la société RKK Energia, qui prend à sa propre charge la partie des opérations à bord de la station MIR.

Au cas où la partie française ne serait pas en mesure de faire un apport minimal total de 25 000 dollars avant la fin du mois d'août 1997, la partie russe se réserve la possibilité de ne faire embarquer sur MIR que la maquette inerte, sans les émetteurs et sans les piles, pour diminuer la masse envoyée en orbite et diminuer ainsi le coût d'emport.

15 août 1997, soirée :
organisation des voyages d'échange des jeunes étudiants de Naltchik et de La Réunion. Chaque délégation comprendra 5 élèves et 5 accompagnants. La délégation française des élèves du Collège Reydellet partira de La Réunion le 27 septembre 1997 et passera d'abord 3 jours à l'Euro Space Center à Redu en Belgique, où elle a été invitée par M. Hugo Marée, Directeur du centre. Il est prévu qu'elle se rende ensuite à Naltchik où pendant 3 jours, où elle rencontrera les élèves et les professeurs du Centre d'Education Polytechnique de la république russe de Kabardie-Balkar.

Ensuite, les élèves français et russes iront ensemble à Moscou pour visiter les principaux centres spatiaux de la région de Moscou et pour si possible, dialoguer en direct depuis le Centre de Contrôle des Vols avec les cosmonautes de la station spatiale MIR. Il est prévu que la délégation russe se rende en retour à La Réunion au mois de novembre 1997. En fonction de l'état final des parrainages du programme, des voyages d'échange complémentaires pourront être envisagés en 1998, ou, au contraire, un programme d'échange réduit pourra être envisagé.

15 août 1997, soirée :
la partie russe a annoncé sa décision de procéder à la constitution du Fonds International "Espace pour les Jeunes" prévu lors des accords du 20 février 1997 pour le financement de futures opérations internationales d'éducation spatiale, laissant à la partie française de réserver sa décision de participation en fonction des perspectives réelles de financement qui se seront concrétisées à la fin de l'année 1997.
16 août 1997 :
à 10 h 30, la chaîne de télévision française FR3 a diffusé un reportage de 2 minutes sur le programme "Spoutnik 40 Ans", avec des commentaires de Jean-Pierre Haigneré et de Claudie André-Deshays, qui a été regardé par plusieurs millions de français. A 17 heures, à la fin de l'émission "Charlie - Foxtrot" sur la radio nationale France Inter, Gérard Feldzer, Président de l'Aéro-Club de France à brièvement présenté le programme Spoutnik 40 Ans pour les millions d'auditeurs de la station.
17 août 1997 :
retour de Jean-Paul Marodon à l'Ile de La Réunion. Le Radio-Club du Collège Reydellet a rempli son contrat, en fournissant à la partie russe un ensemble radio qui pourra, 40 ans plus tard, faire entendre au monde entier une réplique des célèbres bip-bip's du 4 octobre 1957.
17 août 1997 :
toute la soirée et toute la nuit, dans les locaux de l'Aéro-Club de France, préparation des documents officiels et des certificats pour le transfert des ensembles radio en Russie et pour la poursuite des essais de qualification de deux satellites complets, d'un ensemble radio complet, et d'un jeu de pièces de rechange pour l'ensemble radio.
18 août 1997:
à 12h20, par le vol régulier de la compagnie Aeroflot, départ de la délégation russe pour Moscou. Victor Kourilov, responsable du programme "Spoutnik 40 Ans" destiné à célébrer le 40e anniversaire du commencement de l'ère spatiale, emporte dans ses sacs deux satellites prêts à partir pour l'espace, fruits du travail de deux équipes de jeunes élèves enthousiastes, aidés par des professionnels de deux grands pays spatiaux.

La première partie de l'aventure de Spoutnik 40 Ans est terminée, celle de la construction du satellite, et déjà elle est riche de nombreux enseignements susceptibles de retombées éducatives considérables. La deuxième partie, celle des qualifications du satellite et de son lancement commence...

PARRAINS : Merci à tous les parrains qui ont permis la construction du satellite "Spoutnik 40 Ans" :

Le projet commémoratif et éducatif "Spoutnik 40 Ans" est coordonné par la Fédération Astronautique de Russie et par l'Aéro-Club de France. La partie mécanique a été conçue par les élèves du Centre d'Education Polytechnique de Naltchik, capitale de la république russe de Kabardie-Balkar, avec le soutien des ingénieurs de l'entreprise RKK ENERGIA. La partie électronique a été étudiée et construite par les élèves du Radio-Club du Collège Reydellet de Saint-Denis de La Réunion avec l'aide des radioamateurs et des membres de l'association AMSAT-France, et avec le soutien de l'ANVAR, de la DRRT de La Réunion, du CONSEIL GENERAL de La Réunion et du CONSEIL REGIONAL de La Réunion.

Le programme est supporté par les parrains qui vont permettre le lancement du satellite "Spoutnik 40 Ans" et la participation à ce lancement des jeunes constructeurs de Naltchik et de La Réunion. Le parrain général pour la partie russe est l'entreprise RKK ENERGIA, suivie par l'INSTITUT pour les PROBLEMES MEDICAUX et BIOLOGIQUES (IMBP), l'ACADEMIE des SCIENCES de RUSSIE, INKOMBANK et la Compagnie LOUKOIL- TRANS. Les premiers parrains pour la partie française sont LA POSTE, la Compagnie ROYAL AIR MAROC, Monsieur LEON DEBORD, la FONDATION FRANCIS WESLEY.

Une nouvelle campagne de parrainages est nécessaire pour mener l'opération a ses conclusions finales : L'apport de 5 nouveaux parrains à 30 KF est nécessaire pour garantir les opérations de lancement, et 10 autre parrains encore sont indispensables pour permettre aux jeunes réalisateurs de participer directement aux opérations de lancement. MERCI A TOUS LES LECTEURS DE "SPOUTNIK 40 ANS HEBDO" de participer à cette ultime et indispensable appel aux parrains pour que vivent l'enthousiasme et l'espoir d'une "Jeunesse pour l'Espace".


retour au début





N11 SPOUTNIK 40 ANS HEBDO



Edition spéciale - jeudi 14 août 1997

Communiqué de Presse

Paris - 14 août 1997

"Spoutnik 40 Ans", premier satellite modèle réduit, dont la mission est de commémorer le 40e anniversaire du lancement de Spoutnik-1, doit s'envoler vers la station spatiale MIR en octobre 1997, avant d'être lancé dans l'espace à l'occasion d'une sortie extra véhiculaire.

"Spoutnik 40 Ans", immatriculé sous la désignation "PS-2", sera lancé à la main par un cosmonaute depuis la station spatiale MIR. Le satellite a une masse de 3 kg et il émettra sur la fréquence radioamateur de 145,8 mégahertz avec une puissance de 0,2 watt. Il devrait fonctionner pendant environ 30 jours, jusqu'à épuisement des piles d'alimentation. La rentrée atmosphérique devrait se produire environ un an et demi après le lancement.

Du 12 au 14 août 1997, les délégations de la partie russe, responsable de la construction de la structure mécanique, et de la partie française, responsable de la réalisation de l'ensemble électronique, se sont rencontrées à Paris pour procéder à l'intégration des modèles d'essai et de vol de "Spoutnik 40 Ans"

Le 12 août, les deux délégations se sont rencontrées à la Maison de La Réunion à Paris pour présenter le programme "Spoutnik 40 Ans" en présence des cosmonautes français Jean-Pierre Haigneré et Claudie André-Deshays, d'Alexandre Dorokhov, Conseiller Scientifique à l'Ambassade de Russie en France, et d'une soixantaine d'autres personnalités.

Le 13 août, avec la participation des ingénieurs Serguei Sambourov, de RKK Energia, Serguei Vassiliev, de la Fédération Astronautique de Russie, et de Gérard Auvray, Vice-Président d'AMSAT-France, les délégations se sont retrouvées à La-Celle-Saint-Cloud, dans les locaux d'AMSAT-France, pour procéder à une revue générale de recette technique, avant les essais de certification qui se dérouleront à Moscou entre le 19 août et le 1er septembre 1997.

Le 14 août, les délégations se sont réunies à l'Aéro-Club de France pour sélectionner le logo officiel de la mission "Spoutnik 40 Ans" et pour la cérémonie de remise à la partie russe des ensembles électroniques construits par la partie française.

Le projet commémoratif et éducatif "Spoutnik 40 Ans" est coordonné par la Fédération Astronautique de Russie et par l'Aéro-Club de France. La partie mécanique a été conçue par les élèves du Centre d'Education Polytechnique de Naltchik, capitale de la république russe de Kabardie-Balkar, avec le soutien des ingénieurs de l'entreprise RKK Energia. La partie électronique a été étudiée et construite par les élèves du Radio-Club du Collège Reydellet de Saint-Denis de La Réunion avec l'aide des radioamateurs et des membres de l'association AMSAT- France.

Le programme est supporté par les parrains qui vont permettre le lancement du satellite "Spoutnik 40 Ans" et la participation à ce lancement des jeunes constructeurs de Naltchik et de La Réunion. Le parrain général pour la partie russe est l'entreprise RKK ENERGIA, suivie par l'INSTITUT pour les PROBLEMES MEDICAUX et BIOLOGIQUES (IMBP), l'ACADEMIE des SCIENCES de RUSSIE, INKOMBANK et la Compagnie LOUKOIL-TRANS. Les premiers parrains pour la partie française sont LA POSTE, la Compagnie ROYAL AIR MAROC, Monsieur LEON DEBORD, la FONDATION FRANCIS WESLEY. L'apport de nouveaux parrainages pourra permettre à un plus grand nombre de jeunes de participer directement aux opérations de lancement.

"Spoutnik 40 Ans", premier satellite fonctionnel "scolaire" au monde, s'inscrit dans le programme de coopération "l'Espace pour les Jeunes" signé le 20 février 1997 entre la Fédération Astronautique de Russie et l'Aéro-Club de France.

Intervenants de la Conférence de Presse :

  • Victor KOURILOV, Commissaire National à la Fédération Astronautique de Russie
  • Audouin DOLLFUS, Administateur de l'Aéro-Club de France
  • Jean-Paul MARODON, Principal du Collège Reydellet à Saint Denis de La Réunion
  • Hussein DIKINOV, Directeur du Centre d'Education Polytechnique de Naltchik

Les images de Spoutnik-40 Ans seront disponibles sur le site internet : http://www.oceanes.fr/~fr5fc/spoutnik.html


retour au début





N10 SPOUTNIK 40 ANS HEBDO



Lundi 04 août 1997

PAGE BLANCHE :
il n'y a pas eu de No le 28 juillet pour cause de célébration des 15 ans de l'U3P, l'association des voiles solaires, à Font-Romeu, capitale française de la recherche solaire. Pour recevoir le nouveau "16 pages - Voiles solaires, comment ça marche, à quoi ça sert", demander par courrier à "U3P - c/o CREPS - 1 avenue de Lespinet - 31055 Toulouse Cedex - France" ou par fax au 01 44 76 79 59 ou par e-mail à u3p@ec-lille.fr .
24 juillet 1997 :
réunion d'organisation de l'Aéro-Club de France pour les journées techniques du mois d'août :
  • lundi 11 août : arrivée à Paris des délégations de Moscou, Naltchik et de La Réunion. Hébergement à la Résidence de la Réunion à la Porte de la Chapelle. Soir : Première rencontre technique à l'Aéro-Club de France
  • mardi 12 août : matin : réunion à l'AeCF pour le choix du logo de la mission Spoutnik 40 Ans; après-midi : réunion à l'AeCF pour l'organisation du programme de lancement; soirée : dîner offert par le CNARM Maison de La Réunion - présentation du programme, avec la participation des premiers parrains
  • mercredi 13 août : matin : visite au Musée de l'Air et de l'Espace au Bourget; après-midi : visite des installations AMSAT-France; soirée : excursion sur les Bateaux-Mouche et dîner à la Brasserie réunionnaise du Boulevard Hausmann.
  • jeudi 14 août : matin : à l'AeCF, remise officielle des ensembles de vol, suivie d'une conférence de presse
27 juillet 1997 :
le satellite-maquette Spoutnik 40 Ans est immatriculé par Energia sous le nom de code ISZ-1.
27 juillet 1997 :
le Collège Reydellet a fait fabriquer 200 T-shirts bleus et gris aux armes de Spoutnik 40 Ans.
28 juillet 1997 :
lu dans "Spaceflight" : la British Interplanetary Society et le London Science Museum organisent une conférence, le 4 octobre 1997, pour marquer les 40 ans de Spoutnik.
30 juillet 1997 :
les piles au lithium pour les modèles de vol sont approvisionnées.
01 août 1997 :
message de Victor Kourilov pour annoncer le programme de travail en Russie :
  1. Fabrication du corps de la maquette ; délai 5 août 97
  2. Realisation des tests et remise des radioemetteurs a la partie russe avec la documentation les concernant; 15 août ( en France)
  3. Assemblage de la maquette ( corps et radio) : 20 août 97
  4. Tests radio electriques de la maquette : 30 août 97
  5. Transport de la maquette a baikonour :10 septembre 97
  6. Tests au cosmodrome : 20 septembre 97
  7. Chargement de la maquette a bord du vaisseau Progress : 25 septembre 97
  8. Depart du Vaisseau Progress : 01 octobre 97 .
03 août 1997 :
message de Rudolf L. Appel, du DGLR en Allemagne, qui a retransmis l'information Spoutnik 40 Ans auprès des communautés Education et Radioamateurs en Allemagne, avec un retour intéressé des organisations d'enseignants. Questions :
  1. Quand l'émetteur de Spoutnik 40 Ans sera-t'il activé ?
  2. De combien Spoutnik 40 Ans s'éloignera t'il de la station MIR ?
  3. Fréquence et type de modulation ?
  4. Equipements de réception ?
Réponses dans le prochain "hebdo".

retour au début





N9 SPOUTNIK 40 ANS HEBDO



Lundi 21 juillet 1997

PAGE BLANCHE:
Il n'y a pas eu de No le 14 juillet pour cause de voyage à travers l'Europe, et il s'est passé bien des événements depuis le dernier "hebdo".
25 juin 1997 :
Un vaisseau Progress heurte la station spatiale MIR, conduisant à la réduction de 40% de l'énergie disponible et à une dépressurisation d'un module. Un nouvel incident est survenu le jeudi 10 juillet 1997 avec la perte du contrôle d'attitude et de l'énergie de bord pendant près d'une journée. Ces incidents ont attiré une attention particulière des média sur la première grande station internationale, qui tourne à 400 km autour de la Terre avec une masse de près de 100 tonnes, et qui a été continuellement habitée depuis maintenant 11 ans.

Si les incidents sont sérieux, ils ne sont toutefois pas dramatiques, et il apparaît, d'après les informations que nous avons aussi bien par le CNES que directement par nos amis russes, que la sécurité de la station ou des cosmonautes n'a jamais été en danger. Au premier degré, ces incidents ont démontré la robustesse du système MIR et rappelé que la station est devenu un lieu de travail "normal", avec tous ses aléas.

Pour le bon déroulement des réparations et préserver la qualité du travail du comonaute français Léopold Eyarts, sa mission a été reportée au début de 1998, mais aucun changement n'est prévu dans la mission de Jean-Loup Chrétien qui doit rejoindre la station spatiale au mois de septembre, via la navette américaine.

Notre projet SPOUTNIK 40 ANS n'est que très légèrement affecté, avec un report d'un mois du lancement vers la station qui, selon Victor Kourilov, est prévu pour s'effectuer par un vaisseau Progress le 1er octobre 1997. Le lancement dans l'espace se fera au cours de la première sortie d'un cosmonaute, vraisemblablement vers le 10 octobre par les cosmonautes Alexander Soloviev et Pavel Vinogradov (qui parle français). Il y aura donc un petit décalage par rapport à la date du 4 octobre, mais on pourra dire que Spoutnik 40 ans sera déja dans l'espace, simplement il ne commencera à fonctionner que quelques jours plus tard.

7 juillet 1997 :
le concours de logo pour Spoutnik 40 ans est publié au BOEN - Bulletin Officiel de l'Education Nationale. Des propositions de logo ont été reçues de France, de Russie et d'Allemagne. Une décision sera prise le 13 août 1997 lors d'une réunion à la FAI (Fédération Aéronautique Internationale) à Paris.
8 juillet 1997 :
la revue MEGAHERTZ publie deux pages d'informations sur le projet Spoutnik 40 Ans, avec des photos des rencontres techniques qui ont eu lieu à l'Ile de la Réunion au mois d'avril 1997.
9 juillet 1997 :
Audouin Dollfus et Guy Pignolet rencontrent Alexandre Dorokhov, responsable du Service Scientifique et Technique à l'Ambassade de Russie, représentant l'ambassadeur Yuri Ryjov (ancien Recteur du MAI, Institut d'Aviation de Moscou), pour faire un point sur l'avancement du projet.
10 juillet 1997 :
réunion technique, en conférence téléphonique, entre Victor Kourilov, Jean-Paul Marodon et Gérard Auvray, avec les participations de Guy Pignolet et de Daniel Quasimodo. Mise en place des contacts e-mail entre la Fédération Astronautique de Russie et les partenaires français, établissement de contacts directs avec Serguei Sambourov de RKK Energia, responsable des contacts radio-amateurs avec la station MIR et Vice- Président de l'association des radioamateurs russes.

Un calcul de bilan de liaison fait par Gérard Auvray montre qu'avec une puissance d'émission de 200 mW, le signal de Spoutnik 40 Ans pourra être reçu avec le matériel des radio-amateurs jusqu'à une distance de 2 000 km. Des antennes "ruban" sont proposées pour faciliter le transport et le montage du satellite à bord de la station MIR.

Les radioamateurs envisagent des jounées "portes-ouvertes" mondiales pour permettre au grand public d'écouter les "bip-bip" de Spoutnik 40 ans.

Concernant les prestations de RKK Energia, Victor Kourilov a pu obtenir des nouvelles conditions plus favorables pour l'emport de Spoutnik 40 Ans. Il y aurait actuellement 5 parains majeurs en Russie, dont les apports permettent de couvrir les frais minimaux de lancement. Les fonds réunis par l'Aéro-Club de France (3 parrains confirmés à la date du 10 juillet 1997 - une nouvelle campagne en cours auprès des grandes entreprises) devront permettre les voyages de délégations de jeunes les plus importantes possibles pour la participation directe aux opérations de lancement depuis le centre de contrôle de Korolev (anciennement Kaliningrad).

11 juillet 1997 :
les 4 platines "de vol" sont prêtes, et vont être intégrées avec les piles et la partie mécanique "interne" qui supporte l'électronique.
21 juillet 1997 :
réunion d'organisation, en conférence téléphonique, entre Victor Kourilov, Jean-Paul Marodon et Gérard Auvray, avec les participations de Guy Pignolet et de Daniel Quasimodo. Des rencontres seront organisées à Paris, entre le 11 et le 16 août 1997, pour la remise à la Partie Russe de 4 modèles "de vol" de la Partie Française. Les participants russes prévus sont Victor Kourilov et Nicolas Bodine, de la Fédération Astronautique de Russie, Husein Dikinov, Directeur du Laboratoire d'Education Polytechnique de Naltchik, Michail Balzikov, Ministre de l'Education et de la Science de la République de Kabardie Balkar, Sergei Sambourov et Serguei Vassiliev, de RKK Energia et Nathalie Pottier, du MAI. Les participants français prévus sont Jean-Paul Marodon, du Collège Reydellet, Gérard Auvray, du RACE, Daniel Quasimodo, de la Médiathèque de Saint-Denis de La Réunion et Guy Pignolet, de l'Aéro-Club de France. Des rencontres auront lieu à l'Aéro-Club de France et à la FAI. Les travaux d'intégration finale et des mesures techniques seront faits dans le laboratoire de Gérard Auvray. Les essais d'environnement seront faits ultérieurement à Moscou par RKK Energia.

retour au début





N8 SPOUTNIK 40 ANS HEBDO



Lundi 23 juin 1997

17 juin 1997 :
sur Canal +, Jérôme Bonaldi parle avec émotion, pendant cinq minutes, de la maquette construite par Gérard Auvray, et lance un appel aux parrains.
18 juin 1997 :
présentation de la maquette prototype au Salon du Bourget, à l'occasion du Prix de l'Innovation organisé par l'Aéro-Club de France.
19 juin 1997 :
sur France Inter, Guy Pignolet intervient pendant cinq minutes pour présenter le programme Spoutnik 40 Ans, lancer l'appel à témoignages et l'appel à parrains.
20 juin 1997 :
plus de 700 appels ont été distribués par Georges Ballini aux exposants du Salon du Bourget.
23 juin 1997 :
envoi à La Réunion des composants électroniques pour la réalisation des modèles de vol par le élèves du Collège Reydellet. Les composants sont des composants pris dans la même série que les composants utilisées dans le spatial. Ils n'ont pas la garantie spatiale car le prix serait multiplié par 100 et avec 6 à 9 mois de délai. Ce sont les mêmes composants utilisés dans tous les microsat de type UOSAT et ARSENE. Il est fait attention à ce qu'ils ne dégazent pas.
25 juin 1997 :
enregistrement de "Paris lumières" pour la chaîne satellite TV5. La diffusion est prévue le soir lundi 7 juillet 1997, de 19h00 à 19h30, avec : Spoutnik 40 Ans, les Voiles Solaires et le Transport d'Energie Sans Fil.. Vous pouvez aussi consulter les sites " http://www.oceanes.fr/~fr5fc/spoutnik.html" pour Spoutnik, "http://www.ec-lille.fr/~u3p" pour les voiles solaires, et http://www.ac-grenoble.fr/yre" pour rapport FEEE (Fédération pour l'Education à l'Environnement en Europe) sur le Transport d'électricité par micro-ondes.
PAGES BLANCHES :
il n'y aura pas d'hebdo ni le 30 juin, ni le 7 juillet, pour cause de séminaires et autres activités variées. Prochaine édition le 14 juillet 1997. Pensez à susciter des pages de souvenirs sur le 4 octobre 1957 et à inciter les sponsors potentiels à se manifester pour les 40 bougies de Spoutnik.
19 juin 1997 :
commentaire de Marc Zirnheld sur l'importance du symbolisme :

" La substance de l'exploration spatiale n'est pas seulement la recherche de retombées directes, mais aussi beaucoup de symbolisme :

Les efforts déployés pour envoyer des hommes sur la lune avant 1970 étaient grandement motivés par l'esprit de défi, de conquête, et il ne faut pas se le masquer (j'inclue là-dedans la concurrence soviétique). Les résultats sur le plan scientifique et humain ont cependant été incalculables, mais ces retombées étaient des retombées à long terme, et non recherchées : développement de l'électronique des composants, augmentation et théorisation de leur fiabilité, recherches en astronautique et avancée dans le domaine satellitaire qui permet aujourd'hui les communications par satellite, la géodésie, la météorologie, l'observation et la surveillance de la planète...

On trouve les mêmes motivations dans les projets modernes. Tout le monde s'accorde sur le peu d'intérêt scientifique de la station Alpha (on sait par exemple que la micro-pesanteur obtenue là-haut sera de moins bonne qualité que celle reproduite en laboratoire sur terre), mais tout le monde est d'accord pour la faire. Si elle s'appelle Alpha, ce n'est pas en hommage à _Space 1999_, mais c'est purement symbolique.

Le prochain envoi vers Mars, je crois que c'est Mars Pathfinder, consommera une grande partie de ses ressources pour simplement expulser un appareil photo qui se retournera pour photographier la sonde, afin que l'homme puisse enfin disposer de la photo d'un objet artificiel posé sur Mars (ce que Viking n'a évidement pas été capable de faire). Une telle photo a un intérêt scientifique nul mais une grande portée symbolique.

Tout ça pour dire que ça vaut le coup de dépenser du temps, de l'argent et même de l'espace en orbite pour des actions à portée purement symbolique, car c'est aussi le but de l'exploration spatiale... "


retour au début





N7 SPOUTNIK 40 ANS HEBDO



Lundi 16 juin 1997

10 juin 1997 :
la balise "bip-bip" a été testée par Gérard Auvray à -20C pendant une heure sans problème.
10 juin 1997 :
SAFT propose des piles au lithium LSH20 étanches, qui sont utilisées pour les ballons du CNES jusqu'à 40 000 m d'altitude, c'est-a-dire pratiquement le vide.
15 juin 1997 :
ouverture du Salon du Bourget. L'Aéro-Club de France dispose d'une boite "Spoutnik 40 Ans" dans la Salle de Presse, où nous avons mis "l'appel à témoins" de Spoutnik-1 à la disposition des journalistes. Des centaines d'autres exemplaires ont été distribués aux exposants, avec un rappel de l'appel à parrainage.


LE GRAND LIVRE DE SPOUTNIK

Un appel mondial est fait, à l'occasion du Salon du Bourget, pour des témoignages individuels sur le lancement du premier satellite artificiel de la Terre le 4 octobre 1957.
* Le manuscrit, qui restera la propriété conjointe de l'Aéro-Club de France et de la Fédération Astronautique de Russie, comprendra la liste intégrale des 40 Parrains pour les 40 Ans de Spoutnik.

* Le manuscrit des témoins de Spoutnik-1 sera, de façon non exclusive, mis à la disposition des parrains et de tous ceux qui, mondialement, souhaiteront l'exploiter sous quelque forme que ce soit.

Etiez-vous déjà né(e), en ce jour faste du 4 octobre 1957, qui a marqué l'histoire de l'humanité ? ... Racontez alors comment vous avez vécu cette journée, comment vous avez perçu la mise en orbite du premier satellite artificiel de la Terre. ... Et quel que soit votre âge, écrivez, et dites nous l'importance que vous avez accordée à l'événement, en quoi vous êtes vous senti concerné..

Ecrivez votre témoignage sur UNE feuille au format A4 (210x297mm), avec des marges de 25mm de tous les côtés. Toutes les langues de la Planète Terre sont autorisées, ainsi que les dessins. Sur une page attachée, indiquez votre nom et votre adresse complète. Vous devez joindre une traduction en français, en anglais ou en russe de votre texte si votre texte original n'est pas écrit dans l'une de ces trois langues.

Envoyez votre contribution à :
SPOUTNIK 40 ANS - AERO-CLUB DE FRANCE
6 rue Galilée - 75116 Paris - France

Toutes les contributions resteront la propriété conjointe de l'AéCF et de la Fédération Astronautique de Russie. Toutes les contributions devront être accompagnées de la mention manuscrite signée par l'auteur : "Je renonce à tous les droits d'auteur et autorise l'Aéro-Club de France et à la Fédération Astronautique de Russie à utiliser ce texte à leur gré".


retour au début





N6 SPOUTNIK 40 ANS HEBDO



Lundi 9 juin 1997

PAGE BLANCHE :
il n'y a pas eu de N le 2 juin 1997. Ce n'était pas à cause des élections en France, mais à cause de la charge du travail ordinaire et de la mise sous enveloppe des quelques centaines d'appels supplémentaires à destination des parrains potentiels.
27 mai 1997 :
réunion téléphonique entre Jean-Paul Marodon et Hussein Dikinov : le travail progresse des deux côtés, mais l'absence de moyens de communication fiables rend difficile la coordination sur les évolutions de l'interface.
30 mai 1997 :
diffusion par e-mail du CONCOURS DE LOGO pour Spoutnik 40 ans, ouvert jusqu'au 15 juin 1997 :

Dans le cadre de la commémoration du quarantième anniversaire du lancement de Spoutnik 1 et du début de l'ère spatiale, le Radio Club FR5KJ propose de participer à son action en envoyant des dessins de logo sur le sujet.

Le Logo sera dessiné sur une feuille de papier canson de format 240 x 320 mm avec une bordure de 40 mm sur le pourtour.

La forme du dessin est libre, mais il devra respecter les règles de simplicité pour permettre une reproduction facile sur divers supports. Il sera réalisé en trois couleurs : bleu, blanc et rouge, couleurs des drapeaux français et russe. Le fond noir sera étoilé. Inscriptions obligatoires : ' Spoutnik 40 ans (en français et en russe), 19957-1997 '.

Aucun nom ou adresse ne devra paraitre sur la face dessinée (le recto). Ils seront portés au verso avec un texte manuscrit expliquant le logo. Il sera signé du dessinateur qui écrira de sa main : ' participation de xxxx au concours de logo, qui abandonne tous ses droits d'auteur à FR5KJ '. L'absence de cette mention annule de fait la participation.

Un jury désignera les meilleurs projets qui recevront des prix, et le projet qui sera retenu officiellement. L'ensemble des envois restera la propriété du club qui pourra en disposer librement.

Les projets doivent être envoyés au club FR5KJ au 103 rue de la République, 97489 Saint Denis Cedex, La Réunion, France.

2 juin 1997 :
conversation avec le Ministre de l'Education et des Sciences de la République de Kabardie-Balkar. Il envisage de venir à Paris et peut-être de prolonger son voyage vers La Réunion pendant une semaine, mais les dates de son voyage ne sont pas encore précisées. L'Ambassade de Russie à Paris n'a encore aucune information sur les "Journées de la Kabardie-Balkar" annoncées lors du voyage à Naltchik en avril 1997.
3 juin 1997 :
essais réussi d'envoi d'un fax à Naltchik, en utilisant le numéro de la Poste Centrale, par connexion manuelle au +7 866 (aux heures de service) ou le +7 866 22 (en dehors des heures de service). Il suffit d'indiquer le destinataire et son numéro de téléphone local dans l'en-tête du fax, et les opérateurs de la Poste Centrale appellent le destinataire pour qu'il vienne chercher son message.
4 juin 1997 :
réunion téléphonique entre Jean-Paul Marodon et Victor Kourilov. Une rencontre de coordination technique est prévue à Paris dans la troisième semaine du mois de juillet 1997 pour vérifier la bonne compatibilité de la partie mécanique et de la partie électronique et pour préparer les missions pour l'intégration finale qui doit se dérouler à Moscou. Le principe d'une réunion téléphonique hebdomadaire est adopté.
4 juin 1997 :
lancement réussi du satellite INMARSAT-3F4 par le vol Ariane V-97. La direction d'INMARSAT, contactée à Londres, va étudier la possibilité de prêter des "valises de communication satellite" pour les équipes de Naltchik et de Saint-Denis de La Réunion.
5 juin 1997 :
réunion à l'Aéro-Club de France avec Audouin Dollfus, Georges Ballini et Guy Pignolet. Le point sur les parrains : suite aux courriers d'appel, plusieurs parrains potentiels ont fait savoir qu'il étaient en train d'étudier leur participation. La préparation du Bourget : un document reprenant l'appel à parrains et annonçant l'appel aux témoignages de Spoutnik-1 sera distribué à la Presse et aux Exposants.
6 juin 1997 :
information technique : le satellite émettra dans la bande des 145 MHz, sur une fréquence libérée par l'arrêt du satellite Oscar 13. la puissance de sortie prévue est 130 mW pour une consommation électrique de 48 mA sous 12 V.
7 juin 1997 :
rencontre avec Gérard Auvray, qui participe à la conception et à la mise au point de la balise Spoutnik 40 ans. Essais du prototype définitif (N5), qui émet de magnifiques "bip-bip"s. Les élèves du Radio-Club du Collège Reydellet vont commencer l'assemblage des platines.

retour au début





N5 SPOUTNIK 40 ANS HEBDO



Lundi 26 mai 1997

15 mai 1997 :
réunion de travail de la cellule radioamateurs - 3 prototypes de balises ont déjà été construites, avec modulation primaire en AM transformée ensuite en FM. Une 4ème balise est en cours de construction, avec une modulation directement en FM, pour économiser l'énergie des piles. Avec ce système, la balise pourra peut-être émettre pendant deux mois.
20 mai 1997 :
un agent de la DST (services de sécurité français) nous appelle pour nous prévenir que notre ami Victor Afanassiev, ex-premier secrétaire de l'ambassade de Russie à Paris, est un colonel du KGB.. c'est le contraire qui aurait été surprenant. Sur le thème de la science et de "l'intelligence", il y a un chapitre savoureux dans le livre "Cosmic Connection" que l'astronome écrivain Carl Sagan a publié au début des années 70.
21 et 22 mai 1997 :
mise sous pli des deux mille courriers d'appel aux sponsors par Georges Ballini, Nicole Doutre, Guy Pignolet, Marc Zirnheld et Carolyn Wesley.
26 mai 1997 :
Baptiste Marcel, de l'ENSEEIHT, (marcel@len7.enseeiht.fr), s'inquiète des possibilités de collision entre le satellite et la station MIR au cours des orbites successives : " Une fois lâché, la maquette va prendre une orbite qui suit les lois de Kepler, et qui est donc périodique (de période proche de 90 minutes dans ce cas, Mir est à AMHA 395 km d'altitude). Cela veut dire qu'1h30 plus tard, à la fois la station et la maquette se retrouveront tous les deux au même endroit de l'espace, et ceci se reproduira toutes les 1h30 jusqu'à ce que l'un des 2 objets soit déplacé sur une autre orbite (en fait 2 fois toutes les 1h30 parce-que les orbites se coupenront en 2 points).

Question: combien de fois les deux objets vont-ils se frôler avant qu'ils ne se percutent ? - Question subsidiaire: quels dégâts va entraîner cette collision ? - Destruction d'une poignée de photo-piles ? Section de l'antenne ? Décompression d'un astronaute ? Bris de hublot ? - Sans rire, je ne doute pas du sérieux du projet, mais j'aimerais être rassuré tout de même. " // Qui peut répondre ?


retour au début




N4 SPOUTNIK 40 ANS HEBDO



Lundi 19 mai 1997

12 mai 1997 :
Audouin Dollfus a écrit une page de grande littérature pour l'appel aux parrains.

16 mai 1997 :

Georges Ballini, Guy Pignolet et Jean-Daniel Lan Sun Luk préparent l'envoi de l'appel vers 2 000 correspondants de premier jet, en leur demandant de faire le renvoi de l'appel vers un autre ensemble de correspondants : il ya 500 correspondants en langue française, 700 correspondants en langue anglaise et 800 correspondants qui recoivent l'appel dans les deux langues. Après demultiplication, nous estimons qu'entre vingt et cinquante mille personnes auront recu l'appel à travers le monde entier. Nous avons besoin de 40 reponses...

18 mai 1997 :

côté techique, les affaires roulent; nous avons un bon coup de main de Gerard Auvray d'AMSAT France; il est prévu de mettre 12 piles dans le satellite, les quartz sont en commande, et l'étude du couplage des antennes est en cours. La revue "CB Magazine" se propose de faire une annonce dans le N de juin; La revue "Mégahertz" fera une annonce en juin et un spécial en juillet ...


TEXTE DE L'APPEL AUX PARRAINS

A) texte d'Audouin Dolfuss, Astronome, Aéronaute Membre du Conseil d'Administration de l'Aéro-Club de France
SPOUTNIK A 40 ANS

Ceux qui ont 55 ans peuvent dire : "j'avais 15 ans ! je me souviens "... Une stupeur ... un effroi aussi. Les nouvelles s'égrainent : un bruit de radio, étrange. -venu d'au-delà de la Terre. - par un appareil envoyé là-haut. - il tourne autour de la Terre, à une vitesse fantastique, en quelques heures. - une sorte de Lune, un satellite. - il provient de derrière le Rideau de Fer, par les Russes qui l'ont envoyé là-haut, les soviétiques. - ce pourrait être dangereux; que vont-t'ils faire avec; que va-t'il s'en suivre ? - on prononce un mot étrange, bien sonore : Spoutnik.

J'étais aux Etats-Unis, ce 4 octobre 1957, à Harvard, et embarquais dans un taxi pour me conduire à l'observatoire. Le chauffeur m'annonce ... il vient d'apprendre. Son émotion est telle qu'il peut à peine conduire.

Puis, certaines choses trouvent un peu leur place, des esprits aussi. Les nouvelles informations arrivent dans un vocabulaire spécial. On parle d'un "engin", une sphère avec antennes, qui émet un "signal radio" répétitif, lancinant, comparable à rien d'autre. Chacun prononce "bip-bip", on se le répète. Le message est chargé de mystère.

L'engin, donc, a été expédié là-haut par une fusée, comme celles dont on a déjà parlé, mais cette fusée russe doit être énorme. On amène d'autres mots. L'engin est entré dans le "cosmos"; d'autres disent "espace". De quoi s'agit-il ? il faut le dictionnaire : espace milieu indéfini dans lequel sont situés les objets sensibles. Ah ! et cosmos : l'univers considéré comme un tout organisé et harmonieux. Bref il doit s'agir d'un monde au-delà de la Terre, celui qu'explorent les astronomes.

On parle de "satellite artificiel". on apprend que Spoutnik, en russe, signifie satellite. Voilà déjà un mystère démystifié. Tout le monde a compris : Spoutnik, bip-bip. La magie des mots.

Quarante années ont passé. Des sondes spatiales parcourent le Système Solaire, d'autres ont exploré les mondes planétaires. Douze hommes ont foulé le sol de la Lune. Toutes les parties de notre globe sont liées par l'espace, examinées, auscultées, informées depuis l'espace.

Spoutnik-1 a été classé "patrimoine de l'humanité". Rappelons nous de cela.

Rappelons-le aussi ...


B) Texte de l'appel aux correspondants

40 parrains pour les 40 ans de Spoutnik

Cher ami(e),
Cher(e) Collègue,

40 parrains pour les 40 ans de Spoutnik
Parlons net : parlons francs !
Le parrainage du programme "Spoutnik 40 Ans" est une action :

  • Prestigieuse,
  • Pas chère,
  • Sans risques !

Pour réaliser ce programme, nous avons besoin de vous, nous avons besoin de votre aide, et en quelques lignes nous allons vous expliquer pourquoi et comment :

  1. Pourquoi
    - le projet Spoutnik 40 Ans est fabuleux : 40 ans après Spoutnik-1, lancer à la main dans l'espace un satellite modèle réduit réalisé en grande partie par des jeunes collégiens, et qui fera "bip-bip" comme son ancêtre, c'est beau, c'est émouvant, c'est grandiose ! Le projet est techniquement en bonne voie : grâce à l'enthousiasme, la bonne volonté (bénévolat) des constructeurs et quelques petites aides financières locales, le satellite, qui est simplement une coquille avec une balise radio alimentée par des piles, sera construit sans trop de difficulté. Le lancement dans l'espace est une affaire d'une autre ampleur et fait appel à un professionnalisme disposant de grands moyens, ceux de l'entreprise RKK Ernergia avec ses fusées et sa station orbitale MIR : il semble difficile, dans les conditions économiques actuelles, de faire autrement que de payer le juste prix.
  2. Comment
    - l'Aéro-Club de France pas plus que la Fédération Astronautique de Russie ne disposent de fonds opérationnels : il nous faut donc faire appel à la générosité bien comprise de ceux qui ont les moyens et la motivation de participer à cette belle aventure destinée à commémorer l'événement majeur qui a surpris le monde et marqué chacun de ceux qui l'on vécu le 4 octobre 1957. Nous n'avons pas voulu d'un parrain unique, parce que Spoutnik appartient à l'humanité : nous avons pensé que 40 parrains seraient représentatifs de l'universalité tout en restant individuellement visibles, visibilité qui sera exprimée dans le grand livre des témoins de Spoutnik. 40 parts de 30 000 Francs Français ou 6 000 $ US qui permettent de couvrir les frais de lancement et les frais annexes : c'est beaucoup et peu à la fois, c'est sans problème pour beaucoup d'institutions, d'entreprises ou même de personnes individuelles motivées (une part de Spoutnik 40 Ans est un bijou intérieur).
  3. Vous
    - pouvez nous aider de trois manières :
    1. en démultipliant cet appel (initialement distribué mondialement à 2500 destinataires choisis) auprès d'autres destinataires (entre 10 et 100, ou plus) que vous choisirez personnellement dans les milieux que vous connaissez bien, en fonction de leur potentiel à répondre positivement. Si vous faites cet effort, vous aurez déjà magnifiquement contribué au programme Spoutnik 40 Ans. Envoyez nous un petit mot pour nous dire à combien d'exemplaires vous avez redistribué cet appel : nous vous en remercierons en vous envoyant un exemplaire du livre des témoignages.
    2. en témoignant de ce qu'à signifié pour vous le 4 octobre 1957 et le lancement du premier satellite artificiel de la Terre. Là aussi l'Aéro-Club de France et la Fédération Astronautique de Russie ont peu de moyens : vous nous aiderez en nous envoyant une page composée, prête à être directement assemblée pour la publication.
    3. en vous posant la question, si vous-même, votre entreprise, votre organisation peuvent se permettre de consacrer quelques milliers de francs ou de dollars pour être parrains de Spoutnik 40 Ans : si oui, faites-le, vous en serez récompensés par une grande satisfaction intérieure et par votre nom sur la page de garde du livre des témoins, qui montrera tout l'attachement que vous-même, votre entreprise ou votre institution portez à l'événement fondateur de l'ère spatiale.

Un dernier mot : merci !

Commission Astronautique de l'Aéro-Club de France 6 rue Galilée - 75116 Paris - France / fax +33 1 44 76 79 59


retour au début


C) Le Programme 40 Parrains (conférence de presse du 27 mars 1997)

40 PARRAINS POUR LES 40 ANS DE SPOUTNIK
  1. Tout un Programme pour lancer 4 kg...
    Pour célébrer le 40e anniversaire de notre entrée dans l'ère spatiale, des collégiens russes et français construisent ensemble le premier satellite modèle réduit. Sa mission : émettre des "bip-bip" commémoratifs pour rappeler qu'il y a 40 ans, Spoutnik-1 a été le premier objet mis en orbite autour de la planète Terre...

    Pour les aider à mettre leur satellite sur orbite et pour mettre leur geste en valeur, l'Aéro-Club de France et la Fédération Astronautique de Russie ont promis de réunir le million de francs et plus nécessaire, en appelant à la participation mondiale des grandes Institutions, des Entreprises et des Particuliers, hommes et femmes motivés. L'AéCF et la FAR offrent :

    40 "tickets" à 30 000 francs et plus

  2. Le satellite modèle réduit à l'échelle 1/3...
    aura un diamètre de 18 cm, une masse totale de 4 kg et il émettra des bip-bip caractéristiques dans les bandes des radio-amateurs. Les collégiens français assemblent la partie électronique de la maquette active, tandis que les collégiens russes réalisent la coquille extérieure de la maquette active.

    Le projet a commencé le 20 février 1997. L'assemblage final du satellite se fera en juillet 1997. Ce modèle réduit sera emporté sur la station MIR en août 1997, et lancé à la main dans l'espace par un cosmonaute le 4 octobre 1997.

    Une seule mission pour Spoutnik 40 Ans : commémorer le 40e anniversaire de Spoutnik-1 !

  3. Les partenaires du programme...
    ... sont les constructeurs : les jeunes collégiens du Laboratoire d'Education Polytechnique de Naltchik, dans le Caucase russe, les élèves du Radio-Club du Collège Reydellet à Saint Denis de La Réunion.

    ... sont les coordonateurs de la dimension mondiale du projet Spoutnik 40 ans : la Fédération Astronautique de Russie à Moscou et l'Aéro-Club de France à Paris.

    ... sont les 40 Parrains exclusifs, témoins du 40e anniversaire de l'entrée de l'Humanité dans l'ère de l'Espace.

  4. Le financement du programme...
    comprend trois parties :
    • la construction du petit satellite est gérée de façon autonome par un appel aux ressources disponibles de l'environnement régional des constructeurs.
    • les opérations dites "essentielles" de lancement sur orbite et d'envoi dans l'espace, et les opérations dites "supplémentaires" de valorisation mondiale du programme sont couvertes par les apports des parrains sous formes de tickets à " 30 000 francs et plus".
    • Les 30 000 francs seront affectés exclusivement aux frais de lancement et aux opérations annexes et seront gérés par l'Aéro-Club de France sur des comptes situés à Paris.
    • Le " Plus ", non limité, sera affecté aux actions de valorisation et sera géré par la Fédération Astronautique de Russie sur des comptes situés à Moscou.
  5. Le circuit de l'argent...
    Les 40 premiers Parrains auront seuls le droit au titre exclusif de " Parrain de Spoutnik - 40 Ans ".

    La part essentielle de 30 000 francs français sera versée par les parrains sur un compte spécial de l'Aéro-Club de France. Le nombre de parts esentielles sera strictement limité au nombre de 40. Chaque apport de 30 000 francs sera utilisé comme suit : un reversement de 20 000 francs sera fait vers un compte bloqué exclusivement réservé aux frais de lancement proprement dits et 4 parts égales de 2 500 francs chacunes seront reversées respectivement à l'Aéro-Club de France, à la Fédération Astronautique de Russie, au Radio-Club du Collège Reydellet et au Laboratoire d'Education Polytechnique de Naltchik qui en disposeront librement pour le bon avancement du projet.

    La part supplémentaire, d'un montant libre, sera directement versée par les parrains sur un compte spécial de la Fédération Astronautique de Russie qui l'utilisera dans des opérations de valorisation pour la jeunesse mondiale.

  6. Le livre des témoins de Spoutnik-1...
    Un appel mondial sera fait à l'occasion du Salon du Bourget, pour des témoignages individuels sur le lancement du premier satellite artificiel de la Terre le 4 octobre 1957.
    Le manuscrit, qui restera la propriété conjointe de l'Aéro-Club de France et de la Fédération Astronautique de Russie, comprendra la liste intégrale des 40 Parrains pour les 40 Ans de Spoutnik.

    Le manuscrit des témoins de Spoutnik-1 sera mis, de façon non exclusive, à la disposition des parrains et de tous ceux qui, mondialement, souhaiteront l'exploiter sous quelque forme que ce soit.

  7. Le Fonds International "Jeunesse pour l'Espace"...
    La Fédération Astronautique de Russie et l'Aéro-Club de France sont convenus d'établir ensemble un Fonds International "Jeunesse pour l'Espace" pour promouvoir des actions éducatives spatiales pour la jeunesse du monde entier. Le projet "Spoutnik 40 Ans" est le premier programme du Fonds International en cours de constitution à Moscou. Le Fonds International sera géré conjointement par la Fédération Astronautique de Russie et par l'Aéro- Club de France. Lorsque le Fonds International sera effectivement établi, les actifs du compte spécial ouvert à Moscou par la Fédération Astronautique de Russie dans le cadre du projet "Spoutnik 40 ans" seront reversés au Fonds International, ainsi que les reliquats éventuels du compte bloqué ouvert à Paris par l'Aéro-Club de France, après le payement des frais de lancement de Spoutnik 40 Ans.

    En cas de force majeure interdisant le lancement du satellite Spoutnik 40 ans, la "part bloquée" de 20 000 francs sera restituée au parrain, qui pourra s'il le veut, la laisser au profit du Fonds International "Jeunesse pour l'Espace".

  8. Des contacts pour les 40 Parrains...
    A l'Aéro-Club de France :
    Prof. Audouin DOLLFUS,
    Administrateur de l'Aéro-Club de France
    6 rue Galilée - 75116 Paris - France
    fax : +33 (0)1 47 23 72 31
    e-mail "Spoutnik 40 ans"
    A la Fédération Astronautique de Russie :
    Prof. Victor KOURILOV
    Commissaire National pour les Vols Spatiaux
    3-e Proïezda Mariïnoï Roscha, 40
    Moscou 127018 - Russie
    fax : +7 095 121 80 57


D) Adresses Web :

Quarante ans après Spoutnik-1, l'espace est devenu le terrain d'un activité immense, au profit des citoyens et des entreprises de l'humanité toute entière. En France, le

http://www.CNES.fr

est l'organisme qui exprime la souveraineté nationale, la puissance publique et l'excellence dans un paysage spatial mondial marqué par l'Europe, le marché et le partenariat.

En France, le programme Spoutnik 40 Ans est organisé par la Commission Astronautique de

http://www.AEROCLUB.com

avec le soutien opérationnel des équipes de

http://www.ec-lille.fr/~U3P
http://www.oceanes.fr/~fr5fc/SPOUTNIK.html


E) La maquette du salon de la Porte de Versailles :

Elle est visible sur le site web http://www.oceanes.fr/~fr5fc/SPOUTNIK.html

retour au début



N3 SPOUTNIK 40 ANS HEBDO



Lundi 12 mai 1997

PAGE BLANCHE :

il n'y a pas eu de N le 31 mars 1997, parce que j'étais à Naltchik, et que le e-mail en Kabardie-Balkar, c'est pas encore ça...

PAGE BLANCHE :

il n'y a pas eu de N le 7 avril 1997, parce que j'ai passé une nuit blanche pour faire une petite maquette à peu près présentable pour présenter au Salon de la Maquette et du Modèle Réduit, et qu'ensuite il a fallu ramer pendant une semaine pour que le Consulat de France à Moscou donne les visas pour les Russes qui viennent à La Réunion...

PAGE BLANCHE :

il y a eu un début de rattrapage le 14 avril 1997 pour le compte-rendu de la conférence de presse du 27 mars 1997, mais les problèmes de dernière minute (tentatives de rattrapage de l'impossibilité de Vladimir Fyodorov de venir à La Réunion) n'ont pas permis de terminer le texte.

PAGE BLANCHE :

il n'y a pas eu de N le 21 avril 1997 parce nous étions en action pratiquement jour et nuit à La Réunion pour le séminaire IAF et les travaux entre Reydellet et la FAR.

PAGE BLANCHE :

il n'y a pas eu de N le 28 avril 1997, parce qu'il y avait un tas de 20 cm de courrier en attente à mon retour à mon bureau parisien.

PAGE BLANCHE :

il n'y a pas eu de N le 5 mai 1997, parce que j'ai passé le long week-end à remettre en ordre mes systèmes de communication pour finir de récupérer de la panne informatique catastrophique qui m'était tombée dessus le 11 mars 1997..
... donc voici un "hebdo" très spécial qui couvre 7 semaines d'un seul coup !


27 mars 1997 :

Conférence de Presse simultanée à Moscou et à Paris. A Paris, au siège de l'Aéro-Club de France, il y a Gérard Feldzer, Président de l'Aéro-Club de France, l'astronome Audouin Dollfus, le pilote Georges Ballini, et le Colonel Robert Genty, ancien Président de la CASAF (Commission Astronautique de l'AéCF), accompagné de Ida Genty. Il y a David Haskal et Christine Arpin, des services financiers de La Poste, Charles Hochman, de Carat, et Alain Barrau, Président du Salon de la Maquette et du Modèle Réduit. Il y a Guy Pignolet, Secrétaire de la CASAF, Victor Afanassiev de l'Ambassade de Russie à Paris, qui va partir, et Alexandre Dorokhov, qui va le remplacer. A Moscou, à l'Institut des Problèmes Médico-Biologiques, il y a Victor Kourilov, Commissaire National des Vols Spatiaux à la Fédération Astronautique de Russie, et son adjoint Nicolas Bodine. Il y a le Cosmonaute Valeri Polyakov, Directeur-Adjoint de l'Institut IPMB, et Vladimir Syromiatnikov, de RKK Energia. Il y a les Docteurs Marc Belakovskiy et Anatoliy Choulenine, de l'Institut, Hassan Soukounov, Attaché de Presse du bureau de représentation de la République de Kabardie-Balkar à Moscou, Serguei Gerasioutine, Chef de la Section Espace de la revue Terre et Univers, Igor Makourine de Inkom Bank, et Nathalie Pottier, étudiante française au Département de Conception et de Design des Véhicules Spatiaux à l'Institut d'Aviation de Moscou.

27 mars 1997 :

le plan "40 Parrains pour les 40 ans de Spoutnik" dans toute sa simplicité, sur un document de 8 pages : il s'agit de demander mondialement 40 "tickets" à 30 000 Francs et "plus" pour soutenir le programme. Les 30 000 francs de chaque parrain seront versé sur un compte ouvert en France par l'AéCF et serviront au fonctionnement essentiel du projet (lancement des 4 kg de Spoutnik 40 ans et activités associées). Après chaque apport de parrainage exclusif (le nombre sera limité à 40), une somme de 20 000 francs sera transférée vers un compte bloqué destiné exclusivement à financer l'emport du satellite vers la station Mir et les opérations associées).

Quatre parts égales d'un montant de 2 500 francs chacune seront attribuées aux acteurs du projet pour leur permettre de le faire avancer : l'AéCF, la FAR, le laboratoire d'Education Polytechnique de Naltchik et le Collège Reydellet de Saint Denis.

27 mars 1997 :

Au cours de la Conférence, il y a eu un moment d'émotion lorsque le Colonel Genty, ancien juge unique des records spatiaux a conversé par boites interposées avec Valeri Polyakov, recordman du monde de durée de vol dans l'espace avec au total plus de 678 jours en orbite, dont 437 d'affilée du 1er janvier 1994 au 22 mars 1995. Pour Gérard Feldzer, Président de l'Aéro-Club de France, Spoutnik 40 Ans doit porter un message d'espérance et d'espoir pour les jeunes. Audouin Dollfus a rappelé que le 4 octobre 1957, Spoutnik-1 avait été une "surprise générale", dans le monde entier. Victor Kourilov a annoncé que l'assemblage et les tests finaux de Spoutnik 40 Ans se feraient à Moscou chez RKK Energia.

28 mars 1997 :

l'agence France-Presse publie un communiqué où elle présente le programme "40 Parrains pour les 40 ans de Spoutnik"

SPECIAL : LE VOYAGE A NALTCHIK

29 mars 1997 (samedi) :

Guy Pignolet et Georges Ballini partent en mission auprès de la FAR et du Laboratoire d'Education Polytechnique de Naltchik. Accueil dans la neige à Moscou par Victor Kourilov, Constantin Karp, Nathalie Pottier et Andre Smakhtine. Passage par l'aérogare central pour prendre les billets pour Naltchik, avec une panne de 10 minutes sur la liaison ordinateur entre Moscou et Naltchik : même de Moscou, les communications ne sont pas faciles, ce sont des liaisons souvent manuelles (la standardiste des années 70). Installation à l'hôtel Rossia, et dîner dans un restaurant moscovite, où nous sommes rejoints par l'Ingénieur Vladimir Syromiatnikov et sa femme Svetlana (qui étaient venus à la Réunion pour l'Exposcience et la Science en Fête en 1993). Victor Kourilov annonce qu'il est membre du Rotary Club de Moscou.

29 mars 1997 :

Nathalie Pottier révèle le grand secret de la construction spatiale, telle qu'elle l'a appris des plus grands maîtres à l'Institut d'Aviation de Moscou : "une fusée doit être SIMPLE, c'est la première condition pour que ça marche.."

30 mars 1997 (dimanche) :

l'hôtel Rossia est reste la grande bâtisse aux milliers de chambres, avec la dame gardienne des clés a chaque étage, et la demande d'autorisation officielle avant que les visiteurs ne puissent monter dans les chambres. Contacts téléphoniques avec Jean-Pierre Haigneré, à la Cité des Etoiles, et avec le cosmonaute Alexandre Serebrov, qui en 1993 avait lancé à la main la première maquette des jeunes de Naltchik, et qui accepte de venir à La Réunion avec sa femme Ekaterina, pour rencontrer les jeunes du Collège Reydellet.

30 mars 1997 :

départ de l'aéroport intérieur de Moscou en YAK-40, avec Nicolas Bodine. C'est sur cet aéroport de Domodedovo qu'en 1957 Georges Ballini, commandant de bord, avait assuré la première liaison Air France entre Paris et Moscou. Arrivée à Naltchik après 2 heures et demies de vol et un aperçu du Mont Elbrouz, plus grand sommet d'Europe à 5640 m d'altitude. Surprise ! nous débarquons à Naltchik même, sur un aéroport international QUI NE FIGURAIT PAS sur la carte IGN - Marco Polo du Caucase que nous avions achetée à Paris. A la sortie de l'aérogare, des chauffeurs de taxi se précipitent sur nous : "taxi for Grozny, taxi for Grozny..."; il paraît que "toutes sortes de gens" passent par Naltchik pour aller en Tchétchénie, à 200 km..

30 mars 1997 :

accueil par Hussein Moussabivitch Dikinov, Directeur du Laboratoire d'Education Polytechnique de Naltchik (le collège), et son équipe. Installation à l'hôtel, dans une ancienne résidence de cure pour cadres du parti. Ne pas boire l'eau du robinet. Dîner à la cantine du collège, avec toast et vodka à tous les plats. Excursion nocturne sur la colline ou se trouve une statue géante (une trentaine de mètres ?) de la version régionale de Prométhée (celui qui est allé prendre le feu aux dieux). Vue sur la magnifique comète Hale-Bopp. Retour à la chambre et essai de la radio : il n'y a pas de FM à Naltchik.

31 mars 1997 (lundi) :

petit déjeuner au collège, puis visite officielle au Ministre de l'Education de la République de Kabardie-Balkar, Mikhail Balkirov et à son adjoint, Anatoli Charoanov. Un miracle se produit : depuis le bureau d'Anatoli Charoanov, pour la première fois, un fax passe entre Naltchik et La Réunion. M. Balkirov annonce qu'il sera en juin à Paris pour des "Journées de la Kabardie-Balkar" (Serait-il possible d'envisager une prolongation sur La Réunion pour rencontrer son "homologue", le Recteur de La Réunion ?).

31 mars 1997 :

visite au collège et rencontre avec l'équipe russe des constructeurs de Spoutnik 40 Ans, une dizaine d'étudiants et de professeurs (dont le jeune Roman et le professeur Vladimir Fyodorov, qui étaient à Paris le 20 décembre 1996). Cérémonie pour deux anciens de la création de Baïkonour.

Puis présentation du projet Spoutnik 40 Ans et discussion sur l'interface entre les deux parties : la partie mécanique sera une sphère réalisée en deux parties, avec un diamètre intérieur de 18 cm; la partie radio sera contenue dans un cylindre de diamètre 11 cm de diamètre et de 14 cm de hauteur et fixée à la coque par une couronne à l'une de ses extrémités.

31 mars 1997 :

visite de l'école, avec l'atelier des costumes traditionnels, le modélisme avion, le musée de l'école, l'atelier mécanique (des bonnes machines, mais "des années 70"), la salle des ordinateurs (PC windows avec CDROM). Installation d'un fax-modem Olicom apporté de France, mais impossibilité de connecter, malgré l'aide de l'ingénieur Kirill Simon, appelé à Moscou : c'est le "22 à Asnières", pour les numéros extérieurs à Naltchik, il faut demander à une standardiste, qui rappelle. Dur pour les faxes et pour Internet. Il semblerait qu'il y ait des possibilités d'avoir des "bonnes" lignes, mais qu'elles soient chères. Il y a une ligne apparemment "directe" dans le bureau du directeur, avec fax, mais les tentatives d'appeler La Réunion ou d'autres régions de France ne passent pas.

Il faudrait peut-être envisager de considérer le collège comme un bateau au milieu d'un désert de la communication, et l'équiper d'un terminal satellite autonome genre Immarsat, mais où le trouver ? L'idée a été suggérée à Victor Kourilov et Nicolas Bodine (de même que l'idée d'équiper les bureaux de la FAR avec le e-mail, qui marche bien à Moscou, j'ai plusieurs correspondants avec lesquels je n'ai pas de problèmes)

31 mars 1997 :

dîner "traditionnel et culturel" au collège. Pain spécial et délicieux bouillon de viande. Toast et vodka toutes les dix minutes. A la fin du repas, partage d'une demi-tête de mouton par le chef de table : l'oeil au plus jeune pour qu'il voie tout, le museau au convive de gauche pour qu'il "sente" tout, l'oreille au convive de droite pour qu'il entende tout, et la cervelle pour le chef de table lui-même pour qu'il comprenne tout.

Et à la fin du dîner, un toast debout, un moment très fort de tradition, des choses qui se vivent, qui ne se racontent pas. Mohammed, un ancien professeur d'anglais appelé à la rescousse, traduit. Il traduit du russe en anglais, il traduit du kabarde en anglais. Parce pour beaucoup de nos hôtes, le russe n'est pas leur langue maternelle. Nicolas Bodine, qui vit à Moscou et qui vient aussi à Naltchik pour la première fois, est comme un "zoreil" en Kabardie..

31 mars 1997 :

dans le gymnase de l'école, les jeunes nous font une très belle présentation de karaté, c'est presque du moringue. La pratique du karaté est obligatoire, considérée comme essentielle pour l'éducation. Pendant ce temps là, à 20 heures, même temps local à La Réunion et à Naltchik, il y a eu une liaison radio-amateur avec Jean- Paul Marodon. Nous écoutons la cassette dans le bureau d'Hussein Dikinov. C'est assez difficile de comprendre, il faut tendre un peu l'oreille, mais ça passe.

01 avril 1997 :

journée touristique dans la région de l'Elbrouz, avec départ en voiture de l'hôtel à 7 heure et demie et petit déjeuner au collège. Barrières de police de style "octroi" à la sortie de Naltchik et avant la ville de Tourniaz. Brochettes et bière dans la neige au bas de la station de ski de Chibets, avec un officier de la base spatiale de Plessek en vacances, rencontré par hasard. Ici, on fait du ski toute l'année. Montée en télésiège à 2400 mètres et vue sur l'Elbrouz. "Elbrouz", cela veut dire "les doudounes". Avec un peu d'imagination, on peut voir en effet deux sommets arrondis, avec leurs tétons pointés vers le ciel.

01 avril 1997 :

redescente dans la vallée, et à Tourniaz, visite d'une école technique secondaire, avec danses traditionnelles par les élèves. Tout ce qui est expression corporelle et artistique fait ici partie intégrante de l'enseignement au même titre que la langue, les mathématiques ou les sciences. Il y a des ordinateurs, d'une génération début des années 80, mais l'informatique performante n'est pas ressentie comme une nécessité : l'important n'est pas de jouer avec des quantités d'information, nous explique-t'on, ce qui compte, c'est de bien comprendre dans sa tête, comment est fait le monde, comment on vit, et de bien intégrer le tout...

Dîner "musclé" en compagnie de la Directrice de l'Ecole et d'une Inspectrice d'Académie (équivalence). Galette montagnarde traditionnelle à base de pommes de terre et de fromage. Les messieurs se lèvent quand ils portent un toast en l'honneur des dames. Traditionnellement, les dames n'ont pas le droit de porter des toasts, mais elles le prennent. Nous sommes dans une république musulmane laïque. D'ailleurs, le mot "république" est écrit partout.

01 avril 1997 :

dans les années 80, après la perestroika, des américains sont venus dans la vallée de Tourniaz, demander la concession de réexploitation des déchets (des terrils énormes) des mines de molybdène et de tungstène. Ils offraient en échange de construire "gratuitement" une ligne de chemin de fer. Le gouvernement de Kabardie- Balkar a dit non.

02 avril 1997 :

après le petit déjeuner au collège, visite à l'Université de Naltchik et rencontre avec trois professeurs de français et leur vingt élèves (17 filles et 3 garçons). Dans l'ensemble, iIs ont eu des difficultés avec leurs parents (pourquoi apprenez-vous le français ?) et les professeurs, sublimes, doivent se battre pour maintenir l'enseignement.

Gros succès pour la cassette vidéo "Spoutnik 40 Ans" réalisée par l'atelier audiovisuel du Collège Reydellet. L'un des professeurs a passé trois ans à Paris, à la Sorbonne, dans les années 70, pour y faire une thèse sur les langues du Caucase. Il parle le kabarde et le français, mais pas le russe. En passant devant le fronton de l'université, nous verrons que les inscriptions sont bilingues.

02 avril 1997 :

rencontre avec le Directeur des Affaires Internationales de l'Université de Naltchik (5000 étudiants sur place, plus 3000 étudiants par correspondance. Sur sa carte de visite, il y a un e-mail [plus tard, de retour à Paris, il y aura un essai, négatif : ----- The following addresses had permanent fatal errors ----- ----- Transcript of session follows ----- 550 ... Host unknown (Name server: kbgu-1.nalchik.su: host not found)]... La seule chose qui passe avec Naltchik, c'est le téléphone, avec un peu de patience; et le fax relayé par Moscou, quelquefois. Il faudrait faire quelque chose.

02 avril 1997 :

déjeuner au collège, présidé par Félix, Adjoint au Directeur. Il y a 120 professeurs qui enseignent au collège, dont 4 "candidats" (agrégés..). Les bâtiments ont à peu près la taille de Reydellet, mais en fait c'est une grande usine : il y a 1200 élèves en propre, répartis entre 12 et 18 ans, dans des programmes variés d'une durée de 1, 2 ou 3 ans, débouchant sur des "certificats" ou préparant à des écoles de renom, comme en particulier le MAI, l'Institut d'Aviation de Moscou. Il y a 4000 élèves qui appartiennent à d'autres établissements de Naltchik, qui viennent au Laboratoire d'Education Polytechnique 2 fois 2 heures par semaine pour y suivre des cours. Et il y a encore 4000 autres élèves dans la ville qui restent dans leurs établissements, mais à qui les enseignants du collège viennent quelquefois donner des cours sur place. Hussein Dikinov, le directeur du collège, le patron du professeur Vladimir Fyodorov, est un ancien commandant de sous-marin.

02 avril 1997 :

à la fin du déjeuner, nous sommes rejoints par le professeur principal de karaté du collège. Il rentre tout juste des championnats du monde à Copenhague, où il a obtenu une médaille de bronze.

02 avril 1997 :

depuis le bureau de Hussein Dikinov, contact téléphonique avec François Bellino, représentant du Ministère français des Affaires Etrangères pour la région, installé à Krasnodar, à l'extrémité ouest du Caucase, à une nuit de train de Naltchik. Il est venu une fois à l'Université à Naltchik il y a quelques semaines. C'était le premier français "vrai" que les étudiants rencontraient. Nous étions les deuxièmes. François Bellino a une assistante, qui doit revenir de temps en temps à Naltchik.

02 avril 1997 :

dans l'après-midi, visite d'une école maternelle, "conseillée" par le collège. Les bambins "baignent" dans le monde de l'espace depuis l'âge de 2 ans, et font les mêmes choses que les bambins des écoles françaises du midi qui ont fait des expériences dans ce sens à la fin des années 80.

02 avril 1997 :

dîner présidé par Soltan, Directeur Technique du Collège. Soltan "se débrouille" en russe, mais il est plus à l'aise, plus expressif quand il parle kabarde.

02 avril 1997 :

soirée chez Anatoli "Tolik", directeur de banque, mais aussi radio-amateur, et nouveau miracle des ondes : à 20 heures, La Réunion et Jean-Paul Marodon sont au rendez-vous pour une petite conversation. Troisième repas de la journée, familial. Le monde radio-amateur est merveilleux.

03 avril 1997 :

à 2 heures du matin, à l'hôtel, avant d'aller dormir, Nicolas Bodine et Guy Pignolet préparent les schémas et le texte pour le protocole d'interface pour Spoutnik 40 ans.

03 avril 1997 :

petit déjeuner au collège avec nos hôtes, avec toasts et vodka. Les conducteurs de voitures mettent de l'aqua simplex dans leur petit verre. Ca a la même couleur.

03 avril 1997 :

dans le bureau de Hussein Dikinov, échange de cadeaux, les cassettes vidéo de Reydellet, les chansons de La Réunion et la vanille Bourbon pour les uns, une grande peinture du Mont Elbrouz, des plateaux ciselés et des cornes montagnardes pour les autres. Signature à quatre mains pour le protocole d'interface Spoutnik 40 Ans, et photo.

03 avril 1997 :

aéroport de Naltchik. Adieux et au-revoirs. Embarquement dans le YAK-42. Point fixe, puis arrêt des moteurs. Il y a un problème. L'avion de midi partira peut-être à 15 heures. A 13 heures, l'avion ne partira plus, il faut attendre celui du soir pour changer d'appareil. La plupart des passagers débarquent et repartent chez eux, notre petit groupe spatial, n'ayant rien d'autre à faire, reste dans l'avion, et pendant que les techniciens s'affairent autour de l'avion, parlent avec le pilote et le commandant de l'aéroport.

Sur le bord de la piste, il y a une demi-douzaine d'hélicoptères lourds, protection civile, et fameuses "grues volantes". Ils ne bougent plus, ou une ou deux fois par mois. Il n'y a plus d'agent public pour mettre du carburant. Comme il n'y a plus beaucoup d'argent public pour l'éducation et pour entretenir les bâtiments. Au début de l'année, un chercheur scientifique s'est suicidé à Naltchik, parce qu'il n'était pas payé depuis six mois.

Mais dans Naltchik, les voitures roulent, et il y a même des belles Mercedes. Naltchik, avec 300 000 résidents, ses grandes avenues et ses parcs, est une ville d'eaux, sur un faux plat au pied des montagnes du Caucase. L'été, il y a la clientèle thermale, qui vient en quatre vagues pour des séjours de 3 semaines. Et toute l'année, il y a la montagne. "Du temps des soviets", quand l'avion était presque gratuit, on y venait passer des vacances depuis le Kamtchatka, à l'autre bout de la Russie. Il y avait presque un million et demi de "touristes" chaque année. Maintenant, l'avion est cher, et la clientèle est tombée à 250 000 personnes en 1996...

Les deux YAK-42 (120 places) de l'Aeroflot qui sont basés à Naltchik font la navette Naltchik-Moscou deux fois par jour. Mais ils vont aussi à Krasnodar et à Erevan, à Ankara et à Istamboul en Turquie et... deux fois par semaines, ils vont à Dubaï, dans les Emirats du Golfe, pour des "shopping flights", avec 70 ou 80 passagers qui vont y faire des petites courses...

En attendant que le temps passe, avec les pilotes russes et avec Georges Ballini, ancien pilote au long cours, nous nous sommes mis à rêver : il y a 7 000 km entre Naltchik et La Réunion, alors que le trajet Naltchik-Moscou-Paris- LaRéunion fait à peu près le double, 14 000 kilomètres. Nous avons vu que les YAK-42 de Naltchik, aussi bien que les petits Boeings d'Air Réunion, pouvaient très bien faire le trajet en faisant des escales, techniques ou pas, à Dubaï et aux Seychelles. Qu'avec l'aide d'opérateurs touristiques, kabardes et réunionnais, une petite centaine de russes qui vont faire leur marché à Dubaï auraient peut-être envie de prolonger jusqu'à La Réunion pour y découvrir d'autres sites merveilleux et une hôtellerie de première classe, que peut-être une petite centaine de réunionnais auraient envie d'aller faire du ski d'été, entre les doudounes de la plus haute montagne d'Europe. Cela ferait un charter, Aeroflot ferait l'aller et Air Réunion le retour, à une semaine ou dix jours d'intervalle. Et il resterait une vingtaine de places gratuites pour les élèves et les professeurs de La Réunion et de la Kabardie-Balkar. Ce n'est qu'un rêve. Mais nous aimons les rêves quand ils sont des réalités potentielles.

03 avril 1997 :

dans la soirée, nous sommes arrivés à Moscou, où Victor Kourilov et Nicolas Bodine nous ont trouvé un appartement pour y passer la nuit. Le lendemain, nous avons pris le premier avion d'Air-France et nous sommes rentrés à Paris.

07 avril 1997 :

après une nuit blanche d'assemblage et de collage, la maquette (statique) de la maquette (fonctionnelle) de Spoutnik-1 arrive au Parc des Expositions de la Porte de Versailles à Paris. La maquette de Spoutnik 40 Ans a été invitée au Salon de la Maquette et du Modèle Réduit par son Président, Alain Barrau, et elle a été hébergée par la Fédération Française d'Aéro-Modélisme pendant toute la semaine qu'a duré le salon.

07 avril 1997 :

ouverture du site Spoutnik 40 Ans sur Internet :

http://www.oceanes.fr/~fr5fc/spoutnik.html

10 avril 1997 :

lancement du concours de logo pour Spoutnik 40 Ans sur le site Internet qui s'enrichit de jour en jour.

16 avril 1997 :

réception protocolaire à l'Aéro-Club de France : le Président Gérard Feldzer reçoit Victor Kourilov et Nicolas Bodine, en présence d'Audouin Dollfus, de Guy Pignolet, et de Max Bishop, Secrétaire Général de la Fédération Aéronautique Internationale.

17 avril 1997 :

Victor Kourilov et Nicolas Bodine se joignent au groupe des vingt éducateurs spatiaux en partance pour La Réunion pour le 7ème Séminaire sur le Futur de l'Education Spatiale, organisé par la Fédération Internationale d'Astronautique IAF. Le coup d'envoi est donné par le CNARM, la Maison de La Réunion à Paris, avec punch et danses créoles.

18 avril 1997 :

accueil de la délégation IAF par le Comité du Tourisme de La Réunion. Réception offerte par Mairie de Saint Denis de La Réunion, avec présentation du programme Spoutnik 40 Ans en présence de nombreuses personnalités, en particulier du monde de l'Education, et avec la participation exceptionnelle du cosmonaute Alexandre Serebrov.

18 avril 1997 :

dîner de la délégation IAF au Collège Reydellet, avec tous les partenaires du projet, et remise au Collège des cadeaux de Naltchik.

19 avril 1997 :

à Sainte Rose, tout l'après-midi, réunion technique entre la FAR et le Radio-Club Reydellet pour la définition détaillée des plans du satellite Spoutnik 40 Ans. Nathalie Pottier, du MAI, assure la traduction technique en russe et en français.

23 avril 1997 :

au Collège Reydellet à Saint Denis, poursuite des travaux techniques. A 14 heures 30, au Palais de la Région Réunion, réception officielle par le Vice Président de la Région, et remise à la Région du tableau de l'Elbrouz.

23 avril 1997 :

Victor Kourilov, Nicolas Bodine, Nathalie Pottier et Jean-Paul Marodon présentent le projet Spoutnik 40 Ans au Rotary de Saint Denis.

24 avril 1997 :

le cosmonaute Alexandre Serebrov, Victor Kourilov, Hans von Muldau (Président du Comité Education de l'IAF) et Guy Pignolet sont reçus officiellement par Robert Pommies, Préfet de La Réunion, en présence de Jean-Claude Pieribattesti, Délégué Régional du Ministère de la Recherche et de la Technologie.

09 mai 1997 :

réunion entre Audouin Dollfus et Guy Pignolet pour la préparation de la campagne "40 Parrains"

retour au début



N2 SPOUTNIK 40 ANS HEBDO



Lundi 24 mars 1997

PAGE BLANCHE :

il n'y a pas eu de N le 17 mars 1997, parce que l'ordinateur portable sur lequel je travaillais a eu la mauvaise idée de tomber en panne (vraisemblablement une panne d'alimentation), pendant que j'étais en mission avec les Jeunes Reporters pour l'Environnement (Transport d'énergie sans fil et futures centrales électriques en orbite). Il n'y a pas eu d'informations perdues, mais cela m'a pris le temps de retourner à mon bureau à Paris et de recoller tous les morceaux, ce qui est fait.

12 mars 1997 :

la Fédération Astronautique de Russie (FAR) a envoyé une invitation à l'Aéro-Club de France (AéCF) pour que Georges Ballini et Guy Pignolet puissent se rendre en visite technique à Naltchik entre le 30 mars et le 3 avril 1997.

17 mars 1997 :

au cours d'une réunion FAR / AéCF, le plan "40 parrains pour les 40 ans de Spoutnik" a été confirmé, et une conférence de presse simultanée Moscou/Paris a été décidée. La Conférence parisienne aura lieu à l'Aéro-Club de France à 15 heures locales. La Conférence moscovite aura lieu à la Fédération Astronautique de Russie à 17 heures locales.

17 mars 1997 :

la FAR a envoyé à l'AéCF 11 pages de projet de protocole pour la création du Fonds International Jeunesse pour l'Espace. Il s'agit d'une opération pour une coopération à long terme dont Spoutnik 40 ans est le premier projet. Cette proposition va être étudiée en détail par l'AéCF et l'accord définitif devrait être signé d'ici quelques semaines. Tenu compte des délais très courts, l'opération 40 parrains a été organisée pour la partie dite "essentielle" de manière autonome de la création du Fonds.

18 mars 1997 :

sortie du film de 10 minutes (en français et en anglais) préparé par l'Atelier Audio-Visuel du Collège Reydellet pour la promotion du projet Spoutnik - 40 ans.

20 mars 1997 :

le Radio-Club Reydellet a réussi (avec difficulté) une liaison radioamateur avec le Radio-Club du Laboratoire d'Education Polytechnique de Naltchik et a pu en particulier converser avec le jeune Roman Plouginkov (qui était présent à Paris le 20 décembre 1996).

20 mars 1997 :

les piles professionnelles au Lithium Sonnenschein SL780, avec une capacité de 13 Ah pour une masse de 100 grammes ont été identifiées comme étant vraisemblablement les plus performantes et les mieux adaptées aux besoins spécifiques du petit satellite Spoutnik 40 ans.

20 mars 1997 :

douze radio-amateurs se sont réunis dans les locaux de l'ORSTOM à Saint Denis de La Réunion pour faire le point sur les différentes options de construction du module radio.

retour au début



N1 SPOUTNIK 40 ANS HEBDO



Lundi 10 mars 1997

Il y a quarante ans déjà que nous sommes entrés dans l'ère spatiale ! Le croiriez-vous ? Il y a peut être besoin d'un petit rappel, et la Fédération Astronautique de Russie, en association avec l'Aéro-Club de France, a décidé de faire une animation mondiale autour du lancement dans l'espace d'un modèle réduit de Spoutnik-1 qui sera réalisé en coopération par des collégiens de Naltchik, dans la République Russe de Kabardine-Balkar et des collégiens Saint Denis de La Réunion. Chaque lundi nous vous tiendrons au courant des progrès rapides du projet par e-mail. Il y aura une version anglaise chaque jeudi. Nous sommes en train de mettre en place une version fax.

20 décembre 1996 :

rencontre à Paris : Victor Kourilov et Nicolas Bodine de la Fédération Astronautique de Russie et Vladimir Fyodorov du Laboratoire d'Education Polytechnique de Naltchik font leur offre d'association à la France en présence de Victor Afanassiev, Premier Secrétaire de l'Ambassade de Russie à Paris. Ce même jour le Collège Reydellet, dirigé par Jean-Paul Marodon, est sélectionné comme partenaire français du groupe de collégiens russes.

12 au 19 janvier 1997 :

Jean-Paul Marodon et Guy Pignolet rédigent le document de présentation du projet Spoutnik 40 ans.

10 février 1997 :

Jean-Claude Prat, Proviseur du Lycée Charles De Gaulle à Muret (Haute Garonne), apporte le soutien de son établissement au projet Spoutnik 40 ans.

12 février 1997 :

le Conseil d'Administration de l'U3P, Union pour la Promotion de la Propulsion Photonique, décide d'accorder son soutien au projet Spoutnik 40 ans.

13 février 1997 :

Gérard Feldzer, Président de l'Aéro-Club de France, écrit à Victor Kourilov pour lui annoncer sa décision de parrainer le projet pour la partie française.

18 février 1997 :

la décision est prise de lancer officiellement le programme Spoutnik 40 ans en même temps qu'une coopération de longue durée entre la Fédération Astronautique de Russie et l'Aéro-Club de France. Ce même jour, Georges Ballini, de l'AéCF, part pour Moscou pour y organiser la visio-conférence avec La Réunion et représenter l'AéCF.

19 février 1997 :

Craig Underwood, de Surrey Satellite Technology, en Grande Bretagne, annonce le soutien de son équipe au projet Spoutnik 40 ans. Victor Afanassiev et Audouin Dollfus, de l'Aéro-Club de France, s'envolent pour La Réunion pour y représenter respectivement la partie russe et l'AéCF. Dans la nuit, Helva Payet, à Paris, assure la traduction française des textes originaux des accords, rédigés en langue russe.

20 février 1997 :

les accords pour la coopération franco-russe en matière d'éducation spatiale d'une part, et pour le programme Spoutnik 40 ans d'autre part, sont signés solennellement simultanément à Moscou et à Saint Denis de la Réunion au cours d'une visio-conférence organisée par la SEM Protel de la Région Réunion. A Moscou sont présents Victor Kourilov et Nicolas Bodine de la Fédération Astronautique de Russie, Victor Fyodorov et Hussein Dikinov, Directeur du Laboratoire d'Education Polytechnique de Naltchik, ainsi que le cosmonaute Valéri Polyakov, détenteur du record de séjour dans l'espace. La France est représentée par Georges Ballini et par le cosmonaute Jean-Pierre Haigneré, tous les deux mandatés par l'Aéro-Club de France. A Saint Denis de La Réunion sont présents l'aéronaute Audouin Dolfuss, représentant l'AéCF et Jean-Paul Marodon, principal du Collège Reydellet, et les jeunes du Radio-Club du Collège Reydellet. Daniel Quasimodo, Directeur de la Maison de la Communication François Mitterrand assure les traductions pour la cérémonie de signature des accords, qui se déroule en langue russe et en langue française.

Margie Sudre, Ministre de la Francophonie et Présidente du Conseil Régional de La Réunion préside la cérémonie à laquelle participent également M. Dassonville, représentant du Préfet de La Réunion, le Général Dallenbach, Commandant en Chef des Forces Armées de la Zone Sud de l'Océan Indien, Jean-Pierre Benejam, Recteur de l'Académie de La Réunion, Alain Deport, Directeur Régional de l'Industrie, de la Recherche et de l'Environnement, Michel Tamaya, Maire de Saint Denis de La Réunion, Michel Vignand, représentant le Conseil Général de La Réunion, et Jean-Claude Pieribattesti, Délégué Régional pour la Recherche et la Technologie.

20 février 1997 :

Victor Hamon, Directeur de l'ESEO, Ecole Supérieure d'Electronique de l'Ouest, apporte le soutien de son école d'ingénieurs au projet Spoutnik 40 ans.

26 février 1997 :

la CASAF, Commission Astronautique de l'Aéro-Club de France, appouve le projet "40 parrains pour les 40 ans de Spoutnik" pour le financement du lancement dans l'espace du modèle réduit de Spoutnik-1. La CASAF appouve également l'organisation d'une collecte mondiale de témoignages écrits "Spoutnik 40 ans" à l'occasion du Salon du Bourget 1997.

3 mars 1997 :

Jacques Lenormand, Olivier De La Serre, David Hascal et Christine Arpin, de La Poste, décident d'apporter leur aide pour l'organisation des finances du projet Spoutnik 40 ans.

6 mars 1997 :

le plan "40 parrains pour les 40 ans de Spoutnik" est adopté par la partie russe, et l'appel sera fait mondialement auprès des institutions, des entreprises et des particuliers. L'organisation du financement de la partie essentielle correspondant au lancement et aux activités associées est confié à la partie française, l'organisation du financement des activités complémentaires de valorisation est confié à la partie russe. Dans le même temps et en parallèle, la partie russe et la partie française travailleront à l'établissement du Fonds International

retour au début


vous êtes le : ème visiteur